Ségolène Royal : Avec moi, il n'y aura pas de combats de chefs

Clément Solym - 23.05.2008

Edition - Société - Ségolene - Royal - Delanoé


Des « attaques inutiles », voilà comment Ségolène Royal considère les propos de Bertrand Delanoé dans son livre paru hier, De l'audace. Faisant référence dans son livre à la campagne menée par l'ex-candidate, et particulièrement la notion de « démocratie participative », Bertrand Delanoé écrit : « Je n'étais pas enthousiaste de ses effets d'annonce, même s'il y avait parfois de bonnes intuitions. Et la part d'irrationnel — qui doit être intégrée dans la vie démocratique — me paraissait excessive. »

Jamais d'agressivité à l'égard des personnes

Mme Royal a tenu à recadrer quelque peu les enjeux et les rivalités. « Ce qui est important c'est le débat d'idées. Je crois que l'agressivité à l'égard des personnes est totalement inutile », déclarait-elle sur la chaîne LCI. « Vous n'entendrez jamais dans ma bouche la moindre agressivité à l'égard des personnes ni à l'égard de Bertrand Delanoë » et de fait, « des attaques que j'ai déjà entendues dans le livre de Lionel Jospin sont totalement inutiles ; en revanche je lirai bien sûr attentivement ce livre », estime-t-elle.

Considérant les nécessaires prises de position autour de la question politique au PS, Ségolène assure qu'« aujourd'hui les militants ne veulent pas de combat de chefs ». D'ailleurs, avec elle « il n'y aura pas de combat de chefs, il y aura un débat d'idées sérieux, approfondi » qui permettra aux militants de choisir « leur premier secrétaire ».

Et quand justement on lui demande si l'annonce de sa candidature ne s'est pas faite hâtivement : « La politique, c'est un engagement, ce n'est pas se cacher ou se protéger », rétorque Mme Royal. Il lui paraît nécessaire d'« avoir le courage à la fois d'assumer ce qui a été fait, ce qui a été dit, de regarder aussi ses erreurs et de les réparer ». C'est ce qui permet de « choisir une ligne politique claire ».