Ségolène Royal déboutée dans sa plainte contre La femme fatale

Clément Solym - 01.07.2008

Edition - Justice - Segolene - Royal - debouter


Nous avons appris qu'hier la candidate de 2007 à la présidentielle a été déboutée dans sa plainte contre les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, qui avaient publié à Albin Michel 'Femme fatale'.

Un ami du couple Hollande-Royal, Julien Dray, aurait rapporté des paroles de Mme Royal disant à son compagnon : « Si tu vas chercher Jospin pour me faire barrage, tu ne reverras jamais tes enfants ». Julien aurait d'ailleurs plusieurs fois entendu cette phrase, et en tant que « conseiller de Ségolène Royal, ami du couple et porte-parole [il] avait un poids important ».

Or, pour le Tribunal, il n'y a là rien de contraire à l'honneur, et d'appuyer son avis en remémorant « l'étroite imbrication de (sa) vie publique et vie privée ». Les 70.000 € réclamés par Mme Royal de dommages et intérêts ne seront donc pas validés.

De plus, sur les quatre enfants, une seul était mineure, et Segolene n'avait « aucune possibilité juridique d'interdire à ses enfants de voir leur père, ni aucune possibilité concrète (au regard notamment de l'âge de la mineure) de les contraindre au contraire à garder avec lui des contacts qu'ils ne souhaiteraient pas », conclut le Tribunal.

En outre, cette phrase révélait surtout que deux fils avaient accordé leur soutien à leur mère et que l'interprétation se bornera à constater un risque familiale de dissension, que M. Hollande aurait rencontrée en manifestant « une attitude politique désapprouvée par sa progéniture ». De son côté, Me Jean-Pierre Mignard avait mis en avant qu'une telle sentence présentait Mme Royal comme une « marâtre immorale, prête à tout pour parvenir à ses fins ».