Ségolène Royal, grand seigneur, "remercie" les auteurs d'écrire sur elle

Clément Solym - 24.09.2012

Edition - Les maisons - Ségolène Royal - Valérie Trierweiler - tweet


Ségolène Royal refusait absoluement, il y a quelques mois, d'ouvrir L'Ex, de Sylvain Courage et Entre deux feux, d'Anne Cabana et Anne Rosencher. Et pour cause : les deux ouvrages sont consacrés à sa rivalité avec Valérie Trierweiler, la femme de François Hollande. Mais, finalement, l'expérience récente s'est révélée plutôt enrichissante pour la mère des enfants Hollande, qui « remercie » les auteurs.

 

Ségolène Royal

Ségolène Royal, Parti Socialiste, CC BY-NC-ND 2.0

 

 « Je ne voulais pas revivre ces moments très pénibles » a d'abord expliqué Ségolène Royal pour justifier sa réticence : plutôt logique, puisque les auteurs se sont fait un plaisir de revenir sur tous les épisodes conflictuels entre la candidate malheureuse de 2007 et la femme du Président de la République. L'« ex » du titre, c'est bien elle... Et d'après Sylvain Courage, leur rivalité dure depuis... 15 ans !

 

Entre deux feux revient quant à lui sur ce coup plutôt pendard que Trierweiler a joué à sa rivale : le 4 avril, lors d'un meeting à Rennes, la future première Dame tend la main à Ségolène Royal, devant les caméras. Évidemment, se défiler aurait été impossible. « A leur lecture, on voit tous les efforts qu'il faut faire pour rester digne face aux mécanismes de méchanceté et de jalousies, aux phénomènes de cour, à la violence des comportements irrationnels » a expliqué la socialiste à la rédaction d'Europe 1.

 

Et, finalement, Royal en arrive même à faire une promo à l'oeil pour les deux ouvrages : « Je les ai trouvés sincères et bien documentés » explique-t-elle, en soulignant toutefois quelques inexactitudes, sur son fils ou quelques détails de l'Histoire. Et, visiblement heureuse de son nouveau statut de personnage, Royal les « remercie d'avoir vu des choses qu'[elle] n'aurait jamais pu dire ».