Seine-Saint-Denis : commande publique de livres et librairies indépendantes

Cécile Mazin - 27.09.2016

Edition - Economie - librairies bibliothèques commandes - marchés publics livres - appels offres libraires


ÉTUDE — Les librairies de Seine-Saint-Denis faisaient l’objet d’une étude dévoilée hier par ActuaLitté. L’enquête menée par le MOTif, à la demande de l’association Librairies 93, apporte un regard intéressant sur les marchés publics.

 

Rencontre avec Myriam Anissimov (Montreuil librairie Folies d'encre)

ActuaLitté, CC BY SA 2.0 

 

 

Les offres de marchés publics peuvent représenter un fort chiffre d’affaires pour les librairies : l’activité de commande des médiathèques et bibliothèques exerce alors un réel impact sur les établissements indépendants. Ainsi, « son évolution peut avoir des conséquences importantes sur la viabilité de ce commerce culturel », rappelle le MOTif.

 

Si un décret a relevé le seuil de passation des marchés, le 25 mars 2016, les effets sur les librairies indépendantes ne sont pas encore perceptibles. Toutefois, il s’agit bien d’une mesure visant à fluidifier les échanges entre professionnels. Notamment pour ce qui est de la commande de livres non scolaires.

 

« En montrant que, sur la période récente 2012-2014, 20 % seulement du montant total des commandes publiques de livres effectuées en Seine-Saint-Denis étaient attribués aux librairies indépendantes du département, l’enquête a confirmé, selon Amanda Spiegel, la problématique que rencontrent ces dernières dans le jeu des marchés publics », poursuit le MOTif.

 

La part des marchés emportés par les librairies indépendantes de Seine-Saint-Denis s’élève à 20 % du montant total de la commande publique de livres effectuée sur le département. Le montant total des lots pour les librairies indépendantes s’élève à 782.753 € contre 3,075 millions € pour les autres fournisseurs. 19 % (médiane) pour 10 librairies indépendantes du département. Ce pourcentage varie de 5 % à 30 % selon les librairies.

 

La mutualisation des forces, entre libraires, permettrait par ailleurs d’améliorer encore les capacités de réponses. Karine Franclet, présidente du MOTif, et conseillère régionale d’Île-de-France insistait sur cette dimension, dans un entretien accordé à ActuaLitté

 

« À plusieurs reprises déjà, des libraires de la Seine-Saint-Denis ont mis en place cette forme de mutualisation, avec succès d’ailleurs ! Elle permet la complémentarité des réponses apportées à l’acheteur. Dans le cadre des réseaux de bibliothèques intercommunaux, la mutualisation permet un meilleur délai de livraison entre les bibliothèques du réseau et les librairies membres d’un groupement d’intérêt économique ou d’un groupement momentané d’entreprises. »

 

Solutions pour rapprocher les librairies indépendantes des collectivités 

 

L’étude est à retrouver dans son intégralité ci-dessous.