Sempé : Quand l'aide à domicile vire à l'abus de faiblesse

Julien Helmlinger - 26.06.2014

Edition - Justice - Jean-Jacques Sempé - Abus de faiblesse - Vol


Époque de déboires pour les auteurs BD. À l'âge de 81 ans, le célèbre dessinateur Jean-Jacques Sempé, papa du Petit Nicolas, serait très affaibli, mais loin d'être préservé par son entourage. Déjà victime en 2013 de personnes qui se trouvaient en charge de l'aider au quotidien, l'artiste aurait été la cible de plusieurs vols d'oeuvres originales à son domicile du XIVe arrondissement parisien. Un coupable présumé, arrêté alors qu'il s'apprêtait à revendre des dessins de l'auteur, ne serait autre que le gérant d'une société employant des aides à domicile.

 

 

 

Comme le rapporte Le Parisien, un suspect qui était sur le point de revendre des dessins de Sempé a été interpellé ce lundi, dans un hôtel du XVe arrondissement par les enquêteurs du 3e district de police judiciaire (DPJ). Celui-ci s'apprêtait visiblement à revendre des oeuvres pillées dans l'atelier de l'artiste en 2012, à un acquéreur potentiel que l'entrepreneur du secteur social aurait contacté via internet.

 

L'homme qui serait âgé de 37 ans a été placé en garde à vue et aurait reconnu une partie des faits qui lui sont reprochés. En tant que patron de la société en charge de l'aide à la personne auprès de Jean-Jacques Sempé, le suspect avait facilement accès aux clés de l'artiste au moment où étaient commis les forfaits. Un détail qui n'aura pas échappé aux policiers, tandis que le suspect devait être déféré aujourd'hui devant un magistrat du parquet de Paris.

 

Selon un proche de l'affaire cité par Le Parisien : « Il a profité de l'état de faiblesse du dessinateur avant de s'emparer de plusieurs de ses oeuvres par ruse. Des perquisitions ont été menées à son domicile, situé dans le XVIIIe arrondissement, mais sans résultat. Une partie des oeuvres dérobées à l'artiste a été récupérée alors qu'il allait les revendre. Ses dessins du Petit Nicolas, qui se négocient à hauteur de plusieurs milliers d'euros sur le marché officiel, sont très recherchés. »

 

Aide à domicile, mais aussi au distributeur de billets

 

Au printemps 2013 également, Sempé avait été victime de l'une de ses auxiliaires de vie. Des retraits anormaux à hauteur de près de 10.000 € sur le compte de Sempé, en l'espace d'un mois, avaient été constatés. Or, l'artiste n'était pas en mesure de les effectuer lui-même. L'épouse avait alors porté plainte auprès de la police et c'est la même 3e DPJ qui mit ensuite la main au collet de la coupable.

 

Cette autre voleuse effectuait ses retraits toujours les week-ends dans des distributeurs d'argent, implantés dans les VIe, XIVe et XVe arrondissements de Paris, avant de remettre soigneusement la carte de crédit dans le portefeuille de son propriétaire. Les soupçons se sont alors tournés vers l'employée qui ne travaillait que les week-ends au chevet du dessinateur. Et cette dernière n'était pas inconnue des services de police, en plus de se voir prise en flagrant délit au distributeur par un enregistrement vidéo

 

Le Parisien n'a pas précisé si les deux affaires sont liées par la même société d'aides à domicile, où si ce type d'entorses à la déontologie de la profession serait malheureusement une pratique partagée par plus de prestataires de services sociaux que l'on ne l'imagine.

 

Pour certains, l'épisode Uderzo, dont la fille assure qu'il a été victime d'abus de faiblesse, reviendra rapidement à l'esprit. « Mais Uderzo n'est pas Sempé », nous rappelle-t-on...