SGDL : les legs des auteurs financent la création contemporaine

Antoine Oury - 02.11.2015

Edition - Les maisons - Stéphan Lévy-Kuentz - Julien Bosc auteurs - SGDL Bourses de création


La Société des Gens de Lettres, SGDL, annonce l'attribution de deux bourses de créations aux auteurs Stéphan Lévy-Kuentz et Julien Bosc, grâce à des legs d'auteurs. La bourse Sarane Alexandrian, dotée de 10.000 € porte le nom de l'écrivain, essayiste et critique d'art affilié au mouvement surréaliste, décédé en 2009, quand la bourse Gina Chenouard, dotée de 5000 €, est l'héritage laissé par la poétesse décédée en 2010.

 

La SGDL (Société des Gens de Lettres de France)

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

En effectuant un legs à la SGDL, Sarane Alexandrian souhaitait promouvoir et encourager l'avant-garde littéraire, « qui n'est pas un refus de la tradition, mais le recours à une tradition perdue ou incomprise capable de stimuler les recherches d'avenir et de leur assurer une continuité avec les audaces du passé ». Les legs effectués à la SGDL par Alexandrian et Gina Chenouard permettront, eux aussi, de « stimuler les recherches d'avenir ».

 

Deux auteurs ont ainsi été choisis pour bénéficier des bourses de création :

 

Stéphan Lévy-Kuentz a publié de nombreux ouvrages – romans, nouvelles, prose poétique ainsi que des essais sur l’art, notamment sur la photographie contemporaine : Femmes de plâtre (sur Romain Slocombe), La Musardine, 2005 ; Du même auteur, Motifs/Serpent à plumes, 2008 ; Pascin, La Différence, 2009 ; Sur le football, Léo Scheer, 2012 ; La Nuit Scoptophile, Dumerchez, finaliste Prix Sade 2013) ; L’Indésiré, Dumerchez (Prix Rive Gauche à Paris 2015). 

 

Lauréat de la Fondation Laurent-Vibert de Lourmarin, il a été coordinateur de la Biennale Internationale du Film sur l’Art (BIFA) au Centre Pompidou, créé et dirigé L’Attrape corps, la collection d’essais de La Musardine. Scénariste, Stéphan Lévy-Kuentz a signé une dizaine de documentaires pour les musées nationaux, dont Salvador Dali, génie tragi-comique (FILAF d’Argent 2013). Il vit et travaille à Paris.

 

Né en 1964, Julien Bosc est diplômé de l’EHESS en anthropologie sociale. Après avoir mené des recherches en Afrique sur l’art lobi du Burkina Faso, il conçoit l’espace consacré à cet art pour les collections permanentes du musée du Quai Branly. Il a été auteur et metteur en scène de théâtre avant de se consacrer, à partir de 1989, totalement à l’écriture. Il a notamment publié : Pas, Éditions Unes, 1999 ; Je n’ai pas le droit d’en parler, Atelier la Feugraie, 2008 ; Maman est morte, Rehauts, 2012 ; Tout est tombé dans la mer, Approches-éditions, 2014 ; De la poussière sur vos cils, La tête à l’envers éditions, 2015 ; La Coupée, éditions Potentille, 2016 (à paraître). 

 

En 2013, Julien Bosc a créé une maison d’édition, Le phare du Cousseix, dédiée à la poésie contemporaine. Il partage son temps entre Paris et la Creuse.

 

Les bourses de création Sarane Alexandrian et Gina Chenouard seront décernées le 26 novembre prochain à l'Hôtel de Massa.