Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Sherlock Holmes et Harry Potter, ambassadeurs anti-Brexit du Royaume-Uni

Clément Solym - 08.02.2017

Edition - International - Brexit culture britannique - Holmes Potter Club des Cinq - Royaume-Uni tourisme


2017 signera l’année du Brexit pour le Royaume-Uni, mais le territoire compte bien accueillir les touristes pour renflouer les caisses. Et pour ce faire, la culture sera la meilleure alliée, avec de nombreux hérauts littéraires pour défendre l’image de la perfide Albion.

 

Siddharth, Krish, CC BY SA 3.0 + lovehamburgers, CC BY 2.0

 

 

Toute une année de héros littéraires va débarquer outre-Manche. 2017 marquera en effet plusieurs temps de célébrations, et pas des moindres. Tout d’abord, ce sera le 20e anniversaire de la création d’Harry Potter, avec la publication de The Philosopher’s Stone. Ensuite, on commémorera le 200e anniversaire de la mort de Jane Austen et le 125e anniversaire de la première collection de Sherlock Holmes.

 

N’en jetez plus, mais un peu encore, quand même : Enid Blyton et ses Famous Five (Le Club de Cinq) ont débarqué en librairie en 1942 – les 75 ans de la création, donc – puis viendra le 150e anniversaire de la naissance d’Arnold Bennett, écrivain et journaliste, très influencé, de son propre aveur, par Guy de Maupassant.

 

On le voit, 2017 sera une année littéraire en diable, pour faire oublier les désastres économiques que provoquera le Brexit.

 

Au rang des événements déjà bouclés, on comptera sur une nouvelle exposition à la British Library : elle comprendra des documents inédits fournis par JK Rowling et son éditeur, Bloomsbury, ainsi qu’une valorisation du fonds avec des titres sur la magie. Sachant qu’outre-Manche, la pottermania peut tout à fait mobiliser avec autant de ferveur que la Fièvre Jane Austen, les acteurs culturels peuvent exprimer une certaine confiance.

 

Quant à Enid Blyton, dont les titres furent publiés par Hodder & Soughton – aujourd’hui filiale du groupe Hachette – elle ne sera certainement pas de reste.

 


 

L’agence nationale du tourisme estime que, pour chaque livre sterling que le gouvernement pourra investir dans la promotion du Royaume-Uni vers l’étranger, tout touriste rapportera 23 £ au pays. La campagne VisitBritain connaîtra ainsi un regain d’intérêt fantastique – si l’on se fie aux prévisions.

 

Les dépenses des visiteurs étrangers devraient atteindre 24,1 milliards £, soit une croissance de 8 % en regard de 2016. On s’attend également à une hausse de la fréquentation avec 38,1 millions de visiteurs, soit 4 % de mieux que l’an passé.

 

En parallèle, le Pays de Galles envisage de jouer sur ses thématiques légendaires, rendant hommage aux mythes fondateurs de son territoire, tandis que l’Écosse basculera vers le patrimoine, l’archéologie et l’histoire, pour mieux se vendre auprès des touristes.

 

via Guardian