Si c'était à refaire, Marc Lévy changerait des choses en politique

Bouder Robin - 25.05.2017

Edition - Société - marc lévy politique - thé ou café marc lévy - marc lévy france 2


Invité à l'émission Thé ou Café sur France 2 le 21 mai, l'écrivain Marc Lévy en a profité pour s'indigner sur le dos de la politique française, dont les privilèges et la suffisance masculine datent « d'un autre siècle ».

 

Marc Levy 2013-04-11 B.jpg

Marc Lévy - Asclepias (CC BY-SA 3.0)

 

 

Marc Lévy était l'invité de Catherine Ceylac dans Thé ou Café ce dimanche 21 mai sur France 2, et il a décidé de se lâcher. Alors qu'il était venu présenter son dernier roman, La Dernière des Stanfield, paru en avril dernier chez Robert Laffont, l'écrivain s'est prêté au jeu de la fameuse séquence du « Dos à dos », répondant du tac au tac à une série de questions plus ou moins intimes.

 

Vient évidemment le moment d'aborder le sujet de la politique. Alors que Catherine Ceylac lui demande ce qu'il y a de plus réac en lui, Marc Lévy répond aussitôt : « Le fait que la classe politique bénéficie d'avantages et de privilèges est une chose d'un autre siècle. » Des paroles qui feront penser au coup de gueule qu'avait poussé Philippe Poutou lors du grand débat organisé par BFMTV et CNews en avril, notamment contre l'immunité de Marine Le Pen.

 

Ma nuit avec Marc Levy


« Nous serons entrés dans une véritable démocratie lorsque les élus n'auront aucun avantage », dénonce Lévy. « Par exemple, l'immunité en politique me semble être un déni de démocratie. S'il y a bien une personne qui ne doit pas être immune, par définition c'est l'élu. »

 

Un peu plus tôt dans l'émission, c'est le machisme des classes politiques que l'auteur avait dénoncé : « Pour moi, la France sera en vraie démocratie quand cette question de parité ne sera plus ». Et de donner son avis sur la situation aux États-Unis : « Quand je vois cette image de ces 6 ou 7 hommes autour du président américain qui sont en train de signer des lois qui vont décider du sort des femmes, je me dis qu'on est au XVIIIe siècle ou au XVII siècle ! », déclare-t-il, en référence à la fameuse photo de Donald Trump signant un décret contre l'IVG.