medias

"Si l'éditeur ne fait pas son job, il est normal que l'auteur réagisse" (Montagne)

Antoine Oury - 27.06.2013

Edition - Les maisons - Vincent Montagne - syndicat national de l'édition - assemblée générale


Entretien exclusif : L'assemblée générale qui a eu lieu ce matin même dans les salons de l'hôtel Lutetia est de loin l'un des événements les plus importants pour le Syndicat national de l'édition, permettant à tous ses membres de se tenir au fait des différentes actions entreprises. Pour ActuaLitté, le président du syndicat Vincent Montagne a accepté de revenir sur l'année écoulée, en répondant au passage à quelques questions périphériques.

 

 

Vincent Montagne, Président du Syndicat national de l'édition

 

 

De l'année écoulée, sa première à la tête du Syndicat, Vincent Montagne retient deux idées importantes, qui concernent « à la fois la relation entre les auteurs et les éditeurs, et celle entre les éditeurs et les libraires ». Pour la première, il s'agit bien entendu des accords passés entre les auteurs et les éditeurs autour du contrat d'édition, revu et amélioré.

 

« La confiance de partenariat est restaurée », se félicite ainsi le directeur général de Média Participations, qui s'est beaucoup impliqué dans la finalisation de l'accord depuis septembre 2012. « Les auteurs à succès auront peut-être à coeur de mettre le numérique à part, mais l'éditeur reste un partenaire pour l'auteur, un véritable professionnel qui ne se débarrasse pas de la relation ou du travail avec un auteur. » Et le président de citer l'exemple de Frédéric Mistral, écrivain à la culture locale, mais au succès global, couronné par un Prix Nobel. Pour ces auteurs encore méconnus, la mise à jour du contrat serait alors primordiale.

 

La contrepartie est également valable, en cas de souci : « Si l'éditeur ne fait pas son job, il est normal que l'auteur ait la capacité de sortir [du contrat], avec des conditions automatiques. » Par exemple en cas de droits d'auteur impayés ou de redditions de compte non suivies : dans la plupart des cas, sans le passage devant un juge, l'auteur pourra récupérer ses droits.

 

Le second volet concerne évidemment la librairie : « L'implantation locale de ces dernières est indispensable à la diversité éditoriale », souligne Vincent Montagne, en insistant sur le déploiement et le développement de ce réseau. Rappelons que les éditeurs verseront, par le biais d'une contribution volontaire non-obligatoire, 7 millions € au bénéfice des librairies, par le biais de l'Adelc. Cette somme n'a pas été calculée selon la baisse de la TVA sur le livre (qui s'arrêtera à 5 % en janvier 2014), mais s'organise dans une temporalité similaire.

 

 

"L'implantation locale des librairies est indispensable à la diversité éditoriale"

Vincent Montagne, président du SNE

 

 

« À partir du moment où l'État fait des efforts pour aider la chaîne du livre  et renonce à des recettes, il est logique que d'une façon volontaire et stratégique les éditeurs aident la librairie, sans que cela ne pèse sur le consommateur » explique Vincent Montagne. En effet, un taux de TVA resté à 7 % aurait pu aboutir sans problèmes sur un taux à 10 % en 2014...

 

À l'occasion de l'annonce du plan, des libraires avaient pu critiquer l'absence de véritable action sur le plan des remises, par exemple. Sur ce point, Vincent Montagne confirme que la Commission Usages commerciaux du SNE, présidée par Francis Lang, est en discussion permanente avec les libraires. « Autant le plan librairie est ponctuel, autant la discussion sur le volet du commerce est permanente. Comment améliorer fluidité dans le temps, éviter le trop-plein de retour, fluidifier le coût entre consommateur et créateur... Ces questions nous préoccupent à temps plein. » 

 

Enfin, l'actualité fut marquée, hier, par l'adoption d'un traité sur le droit d'auteur et l'exception handicap par l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Sur ce point, pour lequel il avait rencontré le commissaire européen en charge du marché intérieur et des services, Michel Barnier, Vincent Montagne reste prudent.

 

« Nous n'avons pas le traité, donc nous ne pouvons pas juger, mais j'attire l'attention sur la vitalité économique du secteur. L'exception locale, avec le papier était une chose, mais faire des trous dans le numérique peut laisser la possibilité à des gens, par des moyens détournés, de  contourner le droit d'auteur. » Le président souligne que le traité peut avoir des effets bénéfiques, notamment en Afrique, mais qu'il pourrait là aussi avoir des incidences sur le milieu de l'édition. « Sans droit d'auteur, il n'y a pas de création », conclut-il.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.