Si le luxe vous attire à outrance... C'est la faute de votre rétine

Nicolas Gary - 16.04.2018

Edition - Les maisons - luxe contact rétine - objets luxe attraction - rétine luxe


Si les paires de Louboutin vous attirent comme une abeille le miel, qu’il vous suffit de voir le dernier iPhone pour ressentir une irrépressible attirance, ou que vous bavez devant une BMW, alors... ce n’est pas grave. La science, qui vient au bout de causes, va vous aider : car, en réalité, vous êtes simplement polarotactique.


IMG_2681
Domaine public
 

 

Vous surdépensez en accessoires et produits de luxe ? Détendez-vous, car vous n’y pouvez rien, explique Diana Derval, experte en neuromarketing et contributrice pour Harvard Business Review. Dans son dernier livre Designing Luxury Brands: The Science of Pleasing Customers' Senses,  elle décortique le pourquoi du comment derrière le succès de marques de luxe comme Chanel, Tesla, Moncler, ou Louboutin, mais propose aussi une boîte à outils pour créer, revamper, ou développer des marques de luxe.

 

La bonne nouvelle, c’est que si vous en avez les moyens, vous pouvez continuer de dépenser sans compter. La mauvaise, c’est que le polarotactisme est normalement l’apanage des éphémères, ces insectes volants qui font les repas des chauves-souris... 

 


 

Le principe physique est simple : quand la lumière se réfléchit sur des surfaces horizontales, elle exerce une attractivité, du fait de la polarisation qui s’exerce. En tant qu’onde magnétique, la lumière possède une direction, que l’on appelle polarisation – avec des états de polarisation différents. Ce que l’auteure explique, c’est que la lumière polarisée joue un grand rôle dans l’attraction que l’on éprouve vis-à-vis du luxe. (voir Wikipedia, c’est passionnant !).

 

Les trois états de polarisation de la lumière sont dits rectilignes, elliptiques et circulaires, poursuit la scientifique. Et les personnalités polarotactiques sont donc particulièrement sensibles à cette propagation des ondes, avec des effets spécifiques sur la psychè.

 

Diana Derval montre en effet que les personnes non polarotactiques disposent d’une rétine qui serait en fait incommodée par la lumière polarisée. Elles cherchent à éviter les objets brillants, car leurs photorécepteurs qui traitent les rayons lumineux sont trop stimulés, et désagréablement. 

 

Au contraire, les personnes fascinées par les objets luxueux présenteraient différentes mosaïques rétiniennes, avec des variations dans l’orientation de leurs photorécepteurs. Moralité, affirme la scientifique, le goût prononcé pour la bagatelle qui coûte cher et casse les porte-monnaie serait provoquée par une spécificité physiologique. 

 

De quoi donner du grain à moudre aux marketeux de tout poil... Voici un extrait de l'ouvrage, pour les personnes intéressées. Notons que, finalement, ça marche également avec les pies.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.