Simon & Schuster publiera l'autobiographie de John Lyden

Julien Helmlinger - 14.02.2014

Edition - Les maisons - Johnny Rotten - Simon & Schuster - Mémoires


Piqûre de rappel pour une nouvelle génération « no future ». John Lyden, chanteur emblématique des Sex Pistols, plus célèbre sous le pseudo de Johnny Rotten, surnom de « Pourri » que lui ont valu ses chicots ravagés, vient de signer un contrat d'édition. La maison Simon & Schuster acquiert les droits internationaux sur la prochaine autobiographie du roi du punk, un livre que ce dernier co-signera avec le journaliste musical Andrew Perry.

 

 

CC by SA 2.0 par SLPTWRK

 

 

La principale éditrice de titres de non-fiction pour la maison américaine, Kerri Sharp, a rencontré la star britannique dans un hôtel londonien en novembre 2013. Mais il aura encore fallu à la maison remporter les droits sur l'autobiographie à l'occasion d'une vente aux enchères plus que disputée, et signer avec Kevin Pocklington, agent littéraire pour Jenny Brown Associates.

 

Comme le présente son futur auteur : « Ce livre est essentiellement à propos d'un sérieux preneur de risques. Je sécurise des choses pour ceux qui voudraient suivre mon sillage. » Pour la maison d'édition, l'enjeu est autre. Pour Kerri Sharp, le statut d'icône culturelle du chanteur des Sex Pistols est incontestable. Celle qui a été subjuguée par la découverte du groupe punk en 1977 confie réaliser un rêve.

 

Si le personnage de Johnny Rotten a marqué le monde de la musique, à en croire certains de ses propos relayés au cours de l'été dernier, ce n'était pas uniquement la mélodie, mais aussi les mots qui l'intéresseraient. Jeune, il aurait ainsi lu beaucoup de poésie, John Keats en premier lieu, et se serait déjà lui-même imaginé écrivain. En 1994, il avait déjà co-signé le livre Rotten : No Irish, No Blacks, No Dogs, avec Kent et Keith Zimmerman.

 

À titre anecdotique, le Britannique ironisait dernièrement : « J'avais développé un certain art de mal chanter. J'avais fréquenté un collège catholique, où, dès que l'on repérait un garçon à jolie voix, il était enrôlé dans le choeur. On savait ce qui arrivait aux gosses qui tombaient entre les mains du prêtre... Voilà d'où vient ma voix particulière, une protection. Et puis j'ai toujours été plus sensible à la force des mots, à leur prononciation, qu'à une simple musique. »

 

Si le titre du livre à venir n'est pas encore fixé, l'ouvrage devrait paraître en grand format dès le mois d'octobre prochain.