Singapour : après le pilon des livres sur l'homoparentalité, la contestation

Louis Mallié - 16.07.2014

Edition - International - Archie - Homosexualité - Censure


Moins de six jours après la décision du National Library Board (NLB) de retirer trois livres traitant de l'homoparentalité, le scandale continue. L'affaire ne s'en est en effet pas tenue à quelques lettres de désapprobation et à un groupe Facebook. En effet, de nombreux écrivains ont engagé des gestes symboliques : trois juges du jury du Singapore Literature Prize de cette année (prix littéraire le plus prestigieux de la ville) se sont ainsi désistés. Des actes qui ne semblent cependant pas influer sur une censure de plus en plus pointilleuse et préventive. 

 

 

singapore 2007

Vue de Singapour

dmytrok, CC BY ND-2.0

 

 

Dans un communiqué paru aujourd'hui, The Independant Singapore rapporte que les intellectuels et artistes Thirunalan Sasitharan, Romen Bose, et Robin Hemley ont exprimé leur contestation vis-à-vis de la décision du NLB : « Nous ne pouvons plus être membre du jury la conscience tranquille. [...] Nous condamnons radicalement la décision du NLB de retirer et détruire les livres. [...] Le fait est que le conseil n'a même pas songé à en restreindre l'accès, mais directement à les envoyer au pilon est particulièrement déconcertant. » Selon eux, la décision serait donc « indigne d'une institution chargée de protéger et préserver la connaissance et la littérature, pourvoir à l'accessibilité de l'information. » Par ailleurs, ces derniers ont tenu à ajouter, non sans ironie, que la mesure avait dorénavant plus servi la popularité des livre, plutôt que de l'étouffer…

 

Les trois intellectuels ne sont pas les premiers à désapprouver publiquement la mesure. Outre les vives réactions suscitées dans un premier temps, l'AFP rapporte que le dramaturge et romancier Ovidia Yu a décidé de se retirer de la direction du Singapore Writers Festival, coproduit par le NLB. Plus encore, ce sont les écrivains Gwee Li Sui, Adrian Tan, Prem Anand et Felix Cheong qui ont également annulé leurs invitations à l'évènement « Humour Is Serious Business » censé se tenir à la Central Public Library dimanche 13 juillet dernier. 

 

Gwee Li Sui a également annulé sa participation au National Schools Literature Festival qui devait se tenir le 12 juillet dernier, festival qui impliquait près de 80 écoles - toujours organisé en partenariat avec le NLB. Rappelons que la décision de la semaine dernière avait également été approuvée par le ministre de l'information à Singapour, Yaacob Ibrahim, qui avait alors considéré l'initiative comme « guidée par les normes de la communauté » - normes qui ne sont pas, selon lui, la promotion des « familles non-traditionnelles et alternatives ».

 

En somme, le débat ne fait qu'élargir le fossé qui sépare les Singapouriens tenant d'une conception de la société plus conservatrice, avec les partisans des nouveaux mouvements en faveur de l'égalité des droits pour les homosexuels. En effet, selon la loi singapourienne - héritée du Code pénal de l'ancien Empire colonial britannique -  les rapports homosexuels sont considérés comme illégaux à Singapour… et donc passibles de 2 années de prison.

 

Ce qui n'avait pas empêché les militants d'organiser le 28 juin dernier une course à laquelle s'était réuni près de 20.000 personnes.

 

Un système incohérent ? 

 

Pour autant, la censure ne semble pas se détendre - voire même se renforcer - face aux revendications croissantes. Alors même que le scandale de la NLB continue, le dessinateur de comics Sonny Liew a découvert que le troisième volume d'Archie, The Married Life, était banni des librairies, mettant en scène le mariage homosexuel de l'ami du héros de Riverdale, Kevin Keller…. Seuls les tomes 1, 2, 4 et 5 seraient ainsi disponibles en magasin.

 

Au terme de l'enquête, un porte-parole de la chaîne de librairie Kinokuniya à Singapour aurait expliqué au dessinateur : «  Nous regrettons qu' Archie The Married Life ne rentre pas dans les critères établis par la Content Guidelines for Imported Publications, et soit retiré des ventes sur l'avis de la Media Development Authority (MDA). »

 

« Archie faisait partie des comics dont j'avais vaguement entendu dire qu'ils traitaient des thématiques de l'homosexualité. […] J'ai eu l'intuition que les groupes de pression envoyant des lettres aux institutions publiques ne s'arrêteraient pas seulement aux bibliothèques. Il me semblait logique qu'ils veuillent enlever les livres ayant des contenus "inacceptables" des autres lieux de distribution, comme les chaînes de librairie », explique de son côté Sonny Liew.

 

 

 

 

Pour autant, ce dernier souligne qu'il est difficile d'établir si l'absence du tome 3 résulte d'une plainte - comme il en est pour les ouvrages retirés par le NLB - ou bien d'une décision indépendante de la MDA. En effet, celui-ci note que le Content Guidelines for Imported Publication stipule clairement que « les publication qui encouragent, promeuvent ou embellissent les modes de vie permissifs et alternatifs, ainsi que les pratiques sexuelles déviantes ne sont généralement pas autorisées ». 

 

Fait étonnant, si le livre n'est donc pas disponible dans les magasins, une recherche dans le catalogue en ligne des librairies montre qu'au contraire, seul le volume 3 de The Married Life est disponible : « Je ne suis pas certain de ce que cela signifie. […] C'est un signe que le système n'est pas complètement cohérent. »

 

Quoi qu'il en soit, il y a de fortes chances pour que censure et bannissement ne s'arrêtent pas là. Et pour cause, le prochain numéro de Archie est censé mettre ans scène la mort du héros, touché d'une balle de pistolet en essayant de sauver son ami homosexuel… « Je ne suis pas sur que la MDA n'apprécie », conclut Sonny Liew.