#SLFF17 : “Avons-nous des amis plus disponibles que les mots ?” (Bernard Pivot)

Antoine Oury - 09.03.2017

Edition - International - Semaine langue française - semaine francophonie - SLFF17 programme


Le ministère de la Culture accueillait dans ses salons les ambassadeurs d'une noble et belle cause, celle de la langue française. Du 18 au 26 mars prochain, le français et la francophonie seront au centre d'une semaine riche en événements, célébrations et mobilisations pour affirmer la beauté de la langue et des mots.

 

Semaine de la langue française et de la francophonie

La ministre de la Culture Audrey Azoulay entourée par les ambassadeurs de la SLFF17

De gauche à droite, Loubaki Loussalat, Bernard Pivot, Manal Ank, Jean-Michel Ribes, Thierry Auzer

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Les célébrations autour des mots, de la lecture et du livre ne manqueront pas dans les semaines à venir : Printemps des Poètes, semaine de la presse et des médias, Salon du Livre de Paris... La ministre de la Culture Audrey Azoulay fait le compte, ravie : « La Nuit de la Lecture a prouvé l'appétence des Français pour les mots, en rassemblant quelque 250.000 personnes », ajoute-t-elle.

 

Pour cette édition 2017 de la Semaine de la langue française et de la francophonie, l'accent est mis sur « la capacité de la langue à se moderniser, à s'adapter, et notamment à répondre à la révolution numérique », précise la ministre de la Culture. Au premier rang, Bernard Pivot, infatigable promoteur des lettres et de la littérature et Twittos parmi les plus actifs et respectés.

 


À propos de modernité, Audrey Azoulay met en avant le travail de la Commission d'enrichissement de la langue française, qui publie régulièrement les nouveaux mots ajoutés au dictionnaire de la langue française. Un travail indispensable, évidemment, à l'heure où les expressions, surtout anglophones, se répandent très rapidement avec l'immédiateté des moyens de communication.

 

Évidemment, la semaine de la langue française n'est pas limitée aux frontières de l'Hexagone : c'est toute la francophonie qui est célébrée, et la ministre aura à cœur de saluer « les libraires francophones, qui entretiennent des espaces de liberté » dans leur pays respectif.

 

Bernard Pivot - Semaine de la langue française et de la francophonie

Bernard Pivot (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Quand Bernard Pivot monte à la tribune, c'est d'abord pour tempêter contre la proposition d'un slogan en anglais pour porter la candidature de la France aux Jeux olympiques, « Made for Sharing ». « Je vous remercie Audrey Azoulay de votre opposition au slogan en anglais pour la France aux Jeux olympiques », souligne l'homme de lettres, qui insiste sur le fait qu'un slogan en français, « et poétique qui plus est », peut être trouvé à cette occasion.

 

Rappelant que les débats incessants autour des réformes de l'orthographe sont une splendide particularité française, Pivot joindra le geste à la parole en dressant un panégyrique pour les accents circonflexes : « Je ne suis pas opposé à certaines entreprises de simplification, mais leur suppression serait une atteinte à l'esthétique de la langue française. »

 

« Avons-nous des amis plus disponibles que les mots ? », termine Bernard Pivot : Thierry Auzer, directeur du théâtre des Asphodèles, le poète Loubaki Loussalat et Manal Ank, étudiante lauréate du concours Eloquentia 2016, viendront chacun apporter leurs réponses.

 

Et Jean-Michel Ribes, s'il ne dit pas le contraire, réservera une pensée amicale pour Roland Topor, un homme de lettres qu'il veut voir réhabilité et mieux connu dans tout l'espace francophone, pour lutter contre une certaine morosité. En guise de remède, l'homme de théâtre lira Les crétins, signé par ce fameux Topor.

 

 

De nombreux événements sont prévus au cours de cette semaine de la langue française, recensés dans le programme ci-dessous. Certains sont même organisés au ministère de la Culture !