Soirée de Gala avec Rushdie, Morisson et les Pussy Riot

Cécile Mazin - 06.05.2014

Edition - International - Salman Rushdie - Pussy Riot - Toni Morisson


Un grand gala s'est déroulé la nuit dernière, pour prendre fermement position en faveur de la liberté d'expression, au cours de laquelle on a pu retrouver Salman Rushdie, qui est de toutes les fêtes, ou encore Toni Morisson, ainsi que deux membres du groupe Pussy Riot. Mais toute l'assistance a été passablement émue par le discours d'une jeune femme chinoise, dont le père, dissident politique est actuellement emprisonné. 

 

 

 

 

Le gala était organisé en partie par le PEN International, regroupement d'écrivains unis autour de la défense de la liberté d'expression. Jewher Ulham, fille d'Ilham Tohti, était invitée à parler de la détention de son père, arrêté en janvier, a été accusé d'incitation à la révolte ainsi qu'au séparatisme des Ouïghours de Chine.

 

La seule arme que son père a pourtant utilisée, déclarait-elle devant un parterre d'auteurs, dont Robert Caro et Martin Amis, fut les mots, et la diffusion de tracts. « C'est tout ce qu'il a jamais eu à sa disposition, et tout ce qui était nécessaire. Et c'est ce que la Chine trouve menaçant. »

 

Pour Salman Rushdie, ancien président du PEN American Center, cette soirée était l'occasion de revenir, une fois n'est pas coutume, sur ses douloureuses années de fatwa. Il aura également été récompensé par le PEN's Literary Service Award. 

 

Plusieurs autres prix furent remis, suite à la soirée : Jonathan Franzen a touché 10.000 $ pour The Kraus Project, prix de l'essai, et Megan Marshall, prix Pulitzer, 5000 $ pour la meilleure biographie, avec Margaret Fuller.  (via newser)