Sollers considère son licenciement du JDD cavalier et curieux

Clément Solym - 25.06.2012

Edition - Société - Philippe Sollers - JDD - licenciement


Après 13 années de bons et loyaux services, Philippe Sollers s'est donc fait virer, un peu comme un malpropre du JDD, où il officiait pour une chronique qui aura mal tourné. Ainsi que ActuaLitté le précisait hier, le romancier évoquait l'affaire du tweet de Trierweiler, rapprochant cette histoire des exercices de communication sarkozystes…

 

C'est que, Sollers, il faut le noter, ne ratait pas son exercice d'écorchage : « Ne plaisantons pas, c'est du sérieux, de la souffrance pure, un coup de poignard administré par la première lame de France. Les élections, la crise, l'euro, les massacres de Syrie, les impôts à venir, la progression lente et sûre du Front national, tout cela n'est rien par rapport au tweet. » (voir notre actualitté)

 

Nul doute que la situation était bien vilaine et manquait un peu de correction, confirme Philippe Sollers à L'Express

 

La porte ? C'est en face, elle est ouverte...

 

En effet, selon les officiels du JDD, c'est un changement dans la formule du journal qui occasionne cette suppression du poste, mais le romancier trouve tout de même cela troublant. « J'avais rédigé cette chronique et l'avais remise mardi dernier à la direction du journal. J'ai eu tout de suite un coup de téléphone m'annonçant qu'il était mis fin à ma collaboration au JDD. Après 13 ans de collaboration au JDD, je trouve cette manière de faire pour le moins cavalière et curieuse»

 

Et de pointer qu'il sera difficile d'écrire quoi que ce soit dans les prochains temps, dès lors que le sujet devient un tant soit peu sensible. En l'occurrence, le tweet Trierweiler avait fait un fameux scandale. 

 

Ce qui ne manquait pas d'à-propos, c'est que Lagardère Media possède tout à la fois le JDD et Paris Match. Or, c'est dans la première publication qu'officiait Sollers et dans la seconde que Trierweiler travaille toujours. De là à croire qu'il y avait anguille sous roche… 

 

D'autant plus qu'un autre son de cloche émane de Patrice Trapier, le directeur adjoint du JDD. « La décision de se séparer de lui remonte à plusieurs jours. Comme cela est le cas depuis des années, nous renouvelons nos chroniqueurs. Je n'avais pas lu la dernière chronique de Philipper Sollers et celle-ci a été publiée sans correction aucune. Il n'a été ni censuré, ni viré»

 

D'autant que Roumanoff et Finkielkraut avaient eux-mêmes été plutôt acides sur la question Trierweiler, sans être pour autant ennuyés. 

 

Là encore, il y aurait beaucoup à dire, en se souvenant comment Denis Olivennes avait de toute urgence demandé à Anne Roumanoff de reprendre du service sur Europe 1 en janvier dernier, par exemple... (voir Figaro)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.