Sophie de Closets PDG de Fayard : pas de rapprochement avec Grasset

Nicolas Gary - 06.11.2013

Edition - Les maisons - Sophie de Closets - éditions Fayard - Olivier Nora


Arnaud Nourry, P-DG de Hachette Livre, a estimé qu'après cinq années passées à restructurer le catalogue, à redynamiser le programme et à renouveler les équipes, Olivier Nora, P-DG de Grasset, s'était acquitté avec succès de la mission qu'il lui avait confiée en 2009 en le nommant également P-DG de Fayard.

 

 


Sophie de Closets (© S. de Closets)

 

 

« D'un commun accord, ils ont jugé que le moment était venu de doter cette maison d'un P-DG à temps plein et de permettre à Olivier Nora de se consacrer de nouveau exclusivement à la présidence de Grasset », explique un communiqué du groupe Hachette.

 

Sophie de Closets, 35 ans, normalienne et agrégée d'histoire, est actuellement Directrice éditoriale de Fayard. Elle y est entrée en 2004 comme responsable de projets avant de devenir responsable éditoriale en 2006, puis Directrice littéraire en 2010.

 

Elle sera secondée par Jérôme Laissus, promu Directeur général en charge des finances et de l'administration.La prise de fonction de Mme Closets interviendra le 1er janvier prochain, soi tout juste une année après sa nomination au poste de directrice éditoriale de la maison.

 

En mars 2009, Olivier Nora était devenu PDG de Fayard, quelques mois après l'annonce de Claude Durand, qui décidait de partir à la retraite. Dans le même temps, il était resté aux commandes des éditions Grasset & Fasquelle, poste qu'il occupait depuis 2000. Arnaud Nourry était intervenu dans Le Monde, lors de la nomination d'Olivier Nora, pour démentir tout projet de fusion entre les deux maisons. 

Il n'est pas non plus question de dresser une muraille de Chine entre les deux maisons, de cantonner Grasset à la littérature et Fayard aux documents. Une maison d'édition, ce sont des talents qui s'expriment sans frontières. Grasset et Fayard sont des maisons anciennes dont les centres d'intérêt ne sont pas identiques. Elles peuvent vivre ensemble et partager des moyens. Leurs catalogues apparaissent comme assez complémentaires.

 

Et de souligner : « Ce n'est pas dans la culture de Hachette Livre de diluer l'identité de nos maisons d'édition et ce n'est dans l'intérêt d'aucune d'elles. Il n'y a pas de décision de fusion à l'ordre du jour. » Il n'y avait alors qu'un choc culturel et ne remettait en aucun cas en cause « le catalogue de sciences humaines, d'histoire ou de musique, qui font partie intégrante de l'ADN de Fayard ».

 

De fait, nous explique Hachette Livre, la mission confiée à Olivier Nora était d'examiner les scénarios possibles. « L'un d'entre eux consistait en un rapprochement des deux maisons », reconnaît le groupe. « Mais au terme de son analyse, Olivier Nora a considéré qu'il était dans l'intérêt des deux structures de se développer de manière autonome. »