Sortie de prison avec grosse caution pour l'ancien PDG de Bertelsmann

Clément Solym - 30.04.2015

Edition - Justice - Thomas Middlehoff - groupe Bertelsmann - fraude fiscale


Patron du groupe de médias Bertelsmann, incluant notamment le groupe éditorial Random House, aujourd'hui fusionné avec Penguin (Pearson), Thomas Middelhoff a été libéré de prison. Le tribunal régional de la ville allemande d'Essen a confirmé l'information après que les avocats ont proposé une caution de 895.000 € pour obtenir la liberté de leur client.

 

 

Thomas Middelhoff - World Economic Forum Annual Meeting Davos 2007

World Economic Forum, CC BY NC ND 2.0

 

 

L'ancien PDG a été accusé de détournement de fonds et fraude fiscale en novembre 2014, et condamné à une peine de prison ferme. Le procès fut particulièrement médiatisé à l'époque, Middelhoff finissant par incarner la cupidité et l'avarice du grand capital. 

 

Il avait pris les commandes de l'empire Bertelsmann jusqu'en 2002, et au cours du procès, fut reconnu coupable de 27 chefs d'accusation concernant le détournement de fonds et 3 pour la fraude fiscale, souligne l'agence Reuters. Middlehoff avait également été dirigeant de la société Arcandor, qui gérait le catalogue de vente par correspondance. La faillite de cette autre société était survenue quelques mois après le départ de l'intéressé. 

 

Ses avocats ont fait valoir un état de santé fragilisé, ainsi que de multiples privations de sommeil, du fait des inspections régulières des autorités pénitentiaires. Ces dernières affirmaient surtout vouloir mettre l'homme sous haute surveillance, afin d'éviter une tentative de suicide. Manifestement sensible à ces motifs, la cour a ordonné qu'il demeure à l'hôpital. 

 

À ces charges s'ajoutaient l'abus de biens sociaux, et un préjudice évalué, pour la société, à 800.000 €. On parlait notamment de vols en jet privé, ou encore en hélicoptère, afin de rejoindre une résidence située à Saint-Tropez. Ou encore pour un soi-disant séminaire, qui n'était en réalité que l'anniversaire d'un ami, et ancien patron, Mark Wössner.

 

Le tribunal d'Essen l'avait condamné à une peine de trois ans de prison, sois trois mois de moins que la demande du Parquet. Middelhoff avait interjeté appel de la première condamnation. Légalement, il reste cependant libre, jusqu'à ce que le jugement de novembre soit confirmé.