Sous-payés, affamés, méprisés : les libraires en lutte chez Waterstones

Antoine Oury - 09.04.2019

Edition - Economie - librairies Waterstones - librairie salaires - petition Waterstones


Les libraires de la chaine britannique Waterstones se mobilisent depuis plusieurs semaines pour obtenir une hausse du salaire minimum : le grand patron, James Daunt, a fait savoir qu'une telle mesure n'était pas au programme, dans un contexte économique qu'il dit peu favorable. Mais les salariés ne lâchent pas l'affaire : leur pétition atteint les 9000 signataires, tandis qu'un ouvrage de témoignages a été autopublié par leurs soins.

Waterstones
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Le combat continue pour les salariés de la chaine de librairies britannique Waterstones : fin mars, ils avaient interpellé leur direction pour obtenir une hausse du salaire horaire minimum. Établi à 7,83 £ pour les travailleurs âgés de plus de 25 ans travaillant en dehors de la capitale, ce salaire minimum n'est pas suffisant pour vivre correctement, assurent-ils.

Aussi, ils demandent une hausse du salaire minimum, pour que ce dernier atteigne 9 £ par heure pour tous les employés, à l'exception de ceux travaillant dans la capitale, pour lesquels ce seuil minimum est fixé à 10,55 £ par heure, en raison d'un coût de la vie plus important à Londres.

La pétition mise en ligne pour attirer l'attention du directeur James Daunt réunit à présent plus de 9000 signatures, et de nombreux auteurs britanniques ont apporté leur soutien à la lutte par une lettre ouverte, dont Daniel Hahn, John O’Farrell, AK Blakemore ou encore Kerry Hudson, adressée à la direction de Waterstones.

Pour appuyer le message et accélérer sa diffusion, les libraires autopublient à présent un ouvrage, simplement titré Working at Waterstones (Travailler chez Waterstones), qui propose des témoignages de 40 libraires de la chaine. Ces derniers, qui écrivent sous pseudonymes — sous les noms de leurs auteurs favoris —, racontent leur quotidien, le stress, le rythme de travail, les difficultés économiques et la déception lorsque le montant de la paye s'affiche sur leur compte en banque.

« Être payé au salaire minimum signifie finir le mois avec le compte en banque à sec, si la paye était revue à la hausse je pourrais tout simplement m'acheter plus à manger. J'ai perdu du poids et ma santé mentale est affectée par la question de savoir si je peux dépenser un peu plus dans la nourriture ou non », indique ainsi un texte signé par « Muriel Spark ».
 

La librairie low-cost ?


Les 40 témoignages déroulent un quotidien précaire, fait de renoncements et de calculs pour parvenir à boucler les fins de mois. Et certains démontent les arguments de la direction, qui assurait qu'elle mettait l'accent sur l'évolution des carrières et des salaires : « Le mois dernier, je suis allé à une agence de recrutement qui m'a dit que je m'enterrais en restant chez Waterstones si longtemps après avoir obtenu mon diplôme (il y a 4 ans) et que je pourrais m'estimer heureux d'être embauché comme réceptionniste après. [...] Je me sens piégé. »

Absence d'évolution, de débouchés, et surtout de promotions, mais aussi la frustration de salariés surdiplômés, mais sous-payés s'expriment dans les témoignages de ce livre, disponible à cette adresse.
 
Interrogé peu après la mise en ligne de la pétition, le directeur James Daunt avait balayé les demandes : « Nous aimerions tous avoir une baguette magique pour pouvoir simplement payer tout le monde au-dessus [de ce salaire minimum]. Mais, si l'on souhaite être juste, on applique cette hausse à chacun, proportionnellement, et, en agissant de la sorte, nous nous retrouverions dans une situation difficile — notre commerce se sort d'un passage difficile, compliqué et délicat, et nous cherchons simplement à éviter d'y replonger », expliquait-il.

via BBC


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.