Soutenir l'implantation de librairies en Seine Saint-Denis

Cécile Mazin - 06.12.2013

Edition - Librairies - Seine Saint Denis - librairies indépendantes - Conseil général


Le président du Conseil général de la Seine Saint-Denis, et conseiller municipal de La Courneuve, Stéphane Troussel, a présenté une série « de propositions concrètes pour un soutien renforcé aux librairies indépendantes », sur son territoire. Le Salon du livre et de la presse jeunesse s'est achevé avec une hausse de la fréquentation, et l'élu veut renforcer avant tout « la politique départementale de lecture publique ».

 

 

Stéphane Troussel

 

 

Depuis 1981 et Folie d'encre, première librairie indépendante à s'être ouverte sur Montreuil, il aura fallu attendre 1995 pour que de nouveaux établissements s'implantent. Aujourd'hu, ce sont 18 librairies qui occupent l'espace du 93. Apporter une aide significative à ces acteurs implique « une meilleure prise en compte du rôle culturel joué par les libraires aux côtés des bibliothèques-médiathèques dans la promotion du livre et de la lecture en Seine-Saint-Denis », explique-t-il.

 

Les propositions visent avant tout l'implantation de nouvelles librairies indépendantes sur le territoire de Seine Saint-Denis, tout d'abord en incitant les villes à accueillir ces commerces, « mais également de  repenser l'attribution des marchés publics en passant par exemple par l'allotissement afin de ne pas pénaliser la librairie indépendante ». 

 

À ce titre, il évoque une exonération de la Contribution économique territoriale - celle qui remplace la taxe professionnelle depuis janvier 2010. Aujourd'hui, seules les librairies estampillées du label LIR peuvent en bénéficier, sous réserve d'acceptation des collectivités territoriales. Pour la Seine Saint-Denis, « le Conseil général envisage de proposer le vote d'une délibération qui permette l'exonération, pour les librairies labellisées du territoire, de la partie de la CET qui le concerne ».

 

Enfin, l'association Librairies 93, qui s'est récemment fondée, compte 11 des 18 établissements du territoire, pourrait profiter de nouvelles collaborations avec le Conseil général. L'aide au projet, qui n'intervient logiquement pas pour des commerces privés, « peut désormais être envisagée comme un soutien aux manifestations portées par l'association des libraires ». 

 

Deux autres approches concernent le monde scolaire, que ce soit pour la mise en place d'initiatives tournées vers les collégiens, ou dans l'organisation d'une rencontre prochaine « entre les gestionnaires des collèges, les responsables des CDI, et les libraires ». Il s'agit là de simplifier le passage de commandes via les librairies indépendantes. 

 

En marge du Salon de Montreuil, l'Association des librairies spécialisées jeunesse, ALSJ, nous expliquait combien le regroupement et la mutualisation des forces étaient aujourd'hui indispensables. « Les librairies jeunesse ont les mêmes problèmes que les librairies généralistes, mais elles les connaissent depuis plus longtemps : la jeunesse est une tranche de la production éditoriale, pour laquelle les clients n'hésitent pas à se rendre en grandes surfaces pour acheter tel ou tel titre, souvent les mêmes. »

 

« Je me réjouis, enfin, que la proposition de mettre en place un partenariat tripartite entre le Conseil général, l'association « Librairies 93 » et le Centre de promotion du livre de jeunesse, en vue de  la création d'un événement qui puisse associer, chaque année, la jeunesse de Seine-Saint-Denis et les libraires du territoire, ait été reçue par tous avec enthousiasme.  Une belle initiative telle qu'un prix littéraire des collégiens pourrait ainsi voir le jour, à partir de la rentrée littéraire 2014 », conclut le président du Conseil général.