Soutenir les librairies indépendantes avec une communication globale

Julien Helmlinger - 07.10.2014

Edition - Librairies - Books Are My Bag - Campagne promotionnelle - Lecture


Depuis un an, au Royaume-Uni, la campagne Books Are My Bag, sponsorisée par la Bookseller Association et la Publishers Association, promeut le livre et la librairie. Notamment par des slogans estampillant des sacs en tissu distribués aux clients. Ce jeudi 9 octobre, à l'occasion du Super Thursday, une nouvelle série d'initiatives va être lancée outre-Manche, avec pour point culminant ce samedi, qui verra les manifestations se multiplier en librairies. 

Outre l'apparition d'un nouveau design standard de sac promotionnel, d'autres éditions limitées plus spécifiques sont susceptibles de l'accompagner. Ainsi, fin août, et pour marquer la rentrée des classes, l'écrivain et généreux donateur James Patterson a permis que son personnage Rafe puisse être utilisé. Ce dernier illustre des besaces Books Are My Bag déclinées spécialement pour les plus jeunes.

 

Du côté de la maison Hachette, deux illustratrices de livres jeunesse, Cressida Cowell et Lauren Child, s'engagent quant à elles à dessiner leurs personnages à succès tenant le sac de la campagne. Les illustrations qui en découlent seront partagées sur les réseaux sociaux pour promouvoir BAMB.

 

Par ailleurs, hors du cadre de cette campagne de promotion nationale pour la lecture, les librairies Waterstones remplacent également leurs sacs habituels. Dès ce 9 octobre, les clients verront leurs achats emballés dans des besaces roses estampillées d'une citation de Malala Yousafzai, qui n'en a pas fini avec l'obscurantisme des Talibans, en soutien à sa campagne mondiale pour l'éducation (@malalafund).

 

En France, dans le cadre de son conseil d'administration du 6 octobre le Syndicat de la librairie française (SLF) a reconduit en ses fonctions de président Matthieu de Montchalin. L'occasion d'annoncer qu'une campagne de communication sera lancée en fin d'année avec la mise en place d'une identité visuelle commune pour les librairies indépendantes. Une initiative qui fait écho à l'opération britannique, sans que l'on sache pour l'instant si des célébrités ou des auteurs y seront associés.

 

En attendant des résultats chiffrés

 

Reste à savoir si l'impact de ces campagnes se matérialise par un retour sur investissement du côté des indépendants. Dans un registre un peu différent aux États-Unis, mais impliquant également des libraires, la campagne Local First avait été bien perçue par ses bénéficiaires.

 

Destinée à promouvoir les commerces indépendants de proximité, les commerçants concernés avaient été une majorité à déclarer que cette campagne avait dopé leur couverture par les médias locaux (61 %), qu'elle leur avait apporté de nouveaux clients (59 %) et qu'elle avait augmenté la fidélité de leurs anciens clients (58 %).

 

(via The Bookseller)