Soyons clairs : Hachette ne veut pas nuire au Salon, Reed redoute une fronde

Clément Solym - 12.03.2010

Edition - Société - Hachette - nuire - Salon


Voilà une semaine, jours pour jours, Reed Expo expédiait une Lettre ouverte à Hachette, signée de Jean-Daniel Compain, le Directeur Général du Pôle Culture, Sport & Loisirs de Reed Expositions. Le contenu en était simple : pourquoi tant de haine et pourquoi dénigrer le Salon du livre de Paris 2010 ? (voir la lettre ouverte)
 


Dans un retour de courrier dont nous nous sommes procuré copie, aujourd'hui Ronald Blunden, directeur de la communication chez Hachette répond à Reed. Pour ceux qui ont un abonnement, la lettre est aussi publiée dans son intégralité par Livres Hebdo.

Le ratage MyBoox, et le prétexte

L'ensemble est assez bref, M. Blunden fait un tout autre état des lieux que celui de M. Compain, estimant, tout comme nous l'avions évoqué, que MyBoox, le magazine en ligne qui est à l'origine de cette histoire, n'est pas le « site corporate d'Hachette Livre ». Si de prime abord, rien n'indique « son appartenance au groupe » [NdR : cela se comprend assez rapidement tout de même], l'article incriminé est « au demeurant assez factuel et anodin », note M. Blunden. Pour notre part, nous avions poussé le bouchon en le considérant comme assez inutile.

C'est donc à partir de cet article que M. Compain aurait pris comme « prétexte », « pour accuser “la direction de Hachette Livre” de dénigrer le Salon du livre ». Mais les propos rapportés par MyBoox, pour excessifs qu'ils sont, n'ont pas été tenus par la direction d'Hachette Livre. Et si « des éditeurs du groupe ou extérieurs » ont pu « exprimer leur frustration publiquement » ou en off (ah, le off-record...), rien n'autorise à ce que l'amalgame soit fait.

Aucun prosélytisme anti-Salon chez Hachette

D'autre part, Hachette se défend avec force « d'entraîner les autres éditeurs dans (son) sillage », argument avancé par M. Compain « sans donner la moindre preuve ». « Et pour cause : nous avons soigneusement évité tout prosélytisme, et d'ailleurs, aucun éditeur n'a suivi Hachette Livre ! Quant à la décision de Bayard de s'abstenir d'exposer au salon, nous l'avons apprise par la presse. »

Or, pour Hachette, le véritable enjeu n'a rien à voir avec l'édition 2010 : c'est bien plutôt celle de 2011 qui est en jeu, attendu que « des éditeurs de plus en plus nombreux » réclament à M. Compain que « le salon évolue pour tenir compte des mutations du marché et de leurs propres contraintes financières ». Des arguments que Reed Expo aurait ignorés, malgré les demandes émanant notamment du Comité stratégique du SNE.

Bouc émissaire : soyons clairs

Dès lors, Hachette devient le bouc émissaire facile de cette affaire, de peur que l'on ne voie « cette fronde se traduire par des défections en 2011 ». Alors que non, Hachette, de fait n'aurait, par sa décision de réduire sa présence fait que « libérer la parole de nos confrères. Nous n'y pouvons rien ».

Eh oui... C'est pas leur faute.

« Soyons clairs : Hachette Livre ne chercher nullement à nuire au Salon du livre. Nous avons pris nos distances tout en continuant à y être présents », conclut M. Blunden. Et surtout, « si les conditions s'y prêtaient », le groupe n'excluait pas d'y revenir. « Mais M. Compain aurait voulu nous en dissuader, qu'il ne s'y serait pas pris autrement. »

Ouch...

Conclusion : pour un papier sans grand intérêt publié dans MyBoox, et repris en trombe par Livres Hebdo, cette histoire est vraiment au ras des marguerites...