Dédicace pour un polar : Paris valait bien une messe

Clément Solym - 27.04.2010

Edition - Les maisons - douleur - fantôme - Canesi


Laissez-moi planter le décor. Un vendredi soir tard, dans un sombre bureau d’obscur quartier d’affaires….

- Tu fais quoi ce week-end ?
- Je ne sais pas encore, mais j’ai une petite soirée avec séance de dédicace, la semaine prochaine.
- Dédicace ?!!! Qui ? Quel livre ? Quelle maison d’édition ? Raconte !!!!
(...)
[La suite a été coupée au montage, pour préserver le secret des correspondances.]
- Tu en sais déjà trop. Bon week-end !


Trop, ce n’est pas assez. Seuls quelques indices bien pesés, juste bons à éveiller ma curiosité, comme un bébé devant qui l’on agite une sucette sans la lui donner. Heureusement, Internet existe ! Trois clics plus tard, je triomphe... et tombe sur les infos manquantes...

L’histoire aurait pu, voire dû, s’arrêter là : un polar, genre littéraire que j’exècre, souvent source d’un ennui abyssal passées les dix premières pages. Mais la curiosité piquée, comment m’arrêter devant une porte verrouillée, quand j’ai la clef à la main ? Impensable.

Tout cela méritait bien une chronique, sinon une messe... Elle n'attend plus que vous : La douleur du fantôme de Michel Canesi et Jamil Rahmani.



PS : Ce quatre mains est une merveille, une forêt noire à dévorer sans PS : modération. J’ai gardé la cerise pour la fin : Merci pour la dédicace, à quand la suite ?

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.