Karin Slaughter et Triptyque : une véritable histoire d'amour

Clément Solym - 04.07.2008

Edition - Les maisons - Triptyque - Karin - Slaughter


Il existe pourtant des milliers de choses que l'on peut faire avec une langue. La tirer, par exemple pour montrer un signe d'espièglerie évident aux badauds qui lorgnent vers soi.

On peut aussi la régulariser, quand elle est étrangère, voire la raboter si elle est de bois et qu'à cause d'elle on a tendance à parler comme un politicien ou un patron d'entreprise.

Voilà, une langue, c'est sympa, et ça sert. Sauf que le grand malade dans Triptyque de Karin Slaughter, les langues de ses victimes, il les arrache. Avec les dents.

Et il ne les mange même pas...




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.