Louis Blanc, De la propriété littéraire, avec préface de Francis Lalanne

Clément Solym - 25.03.2010

Edition - Société - Louis - Blanc - propriété


« La propriété de la pensée ! Autant vaudrait dire la propriété de l’air renfermé dans le ballon que je tiens dans ma main. L’ouverture faite, l’air s’échappe; il se répand partout, il se mêle à toutes choses: chacun le respire librement. Si vous voulez m’en assurer la propriété, il faut que vous me donniez celle de l’atmosphère: le pouvez-vous ?

Aux partisans du droit de propriété littéraire, nous demanderons d’abord, avec M. Portalis: qu’entendez-vous par une pensée qui appartient à quelqu’un ? Cette pensée vous appartient, dites-vous. Mais avec dix livres, peut-être, on a fait toutes les bibliothèques qui existent; et ces dix livres, tout le monde les a composés. »

Publié en 1848 dans le cadre de l’ouvrage L’Organisation du travail, ce texte de Louis Blanc, père du socialisme français, est l’un des manifestes fondateurs de la liberté de création. Il rappelle que les débats sur le droit d’auteur qui secouèrent le XIXe siècle furent étonnamment proches de ceux qui entourèrent, l’année dernière, l’adoption de la loi dite « Hadopi ».

C’est dans cette perspective que Francis Lalanne, chanteur, poète et ardent défenseur de la libre diffusion de la pensée, a apporté à ce texte historique une préface sous la forme d’une déclaration poético-politique. Le livre sera vendu 5 € et nous vous proposons de retrouver tout à la fois un extrait du livre et la préface de Francis Lalanne...