Philip Le Roy tire à lui une Couverture dangereuse

Clément Solym - 28.07.2008

Edition - Les maisons - couverture - dangereuse - Diable


Qui nierait que whisky - ou toute autre forme d'alcool fort - et polar ne sont pas les aliments essentiels et la nourriture première de tout polar ? Comment trouver crédible un enquêteur, quel qu'il soit, s'il ne dégaine pas à un moment ou un autre, une flasque tirées de son imperméable. Et ce, même en plein été ?

Et sans modération, l'alcool n'est pas dangereux dans les livres.

En revanche, dans Couverture dangereuse, Philip Le Roy ne va pas laisser vraiment de répit à son héros, ni ne le laissera à jeun, ce qui de la part d'un auteur est au moins un acte d'amour. Pour le reste, la critique est toute à vous...


Le reste du temps, l'alcool peut faire des ravages... La modération est une solution...