Salon du livre de Paris : refuser d'inviter la Turquie, 'un non sujet'

Clément Solym - 30.01.2009

Edition - Société - Salon - livre - Paris


« C'est un non-sujet », nous explique le Syndicat national de l'édition, quelque peu ennuyé par la vague médiatique qui s'empare de ce refus d'inviter la Turquie pour l'édition 2010 du Salon du livre de Paris. « Nous avons reçu leur demande en novembre et l'avons étudiée. Mais il n'y a aucun critère politique derrière notre décision de ne pas retenir leur candidature », poursuit le SNE.

Et d'ajouter : « Nous leur avons proposé de préparer quelque chose dans le cadre du Salon 2010, et nous n'empêcherons pas qu'une manifestation à l'intérieur de cet événement ait lieu. C'est juste que pour 2010, nous souhaitons nous concentrer sur les 30 ans du Salon. »

En effet, il semble que les éditeurs français se soient montrés très demandeurs d'une manifestation qui soit tournée vers les auteurs publiés, tout en coïncidant avec un désir de changement pour cette édition. « De fait, il n'y aura aucun pays d'invité, pour 2010 », appuie le syndicat.

Bien sûr, on ne manquera pas de rapprocher cette année du fait qu'Istanbul soit la capitale de la Culture, et que 2009 soit celle de la Saison de la Turquie en France. Mais justement, selon nos informations, il semblerait que la réelle raison de ce mouvement soit plus à rechercher de ce côté-là. Si la demande du pays semblait s'inscrire dans la continuité des manifestations culturelles, le SNE tient à affirmer une fois de plus que ce refus n'est absolument pas dirigé contre le pays.

Un simple et malheureux concours de circonstances alors...