Stages rémunérés : la gratification passe à deux mois

Clément Solym - 04.06.2009

Edition - Société - gratification - stages - rémunerer


Il et aujourd'hui possible d'être pris en stage dans une entreprise et d'y séjourner trois mois entre la photocopieuse et la machine à café, non seulement sans avoir rien de mieux à faire, mais surtout, sans être payé.

Or, cette législation actuelle sera modifiée, a décidé l'Assemblée nationale, qui prévoit une gratification dès deux mois de stage et non plus trois.

La proposition émise par Jean-Frédéric Poisson, député UMP se nomme « Faciliter le maintien et la création d'emplois » et fait suite à la mesure envisagée par Nicolas Sarkozy, le 24 avril, lors de son discours du Val d'Oise. « Je sais que les partenaires sociaux y sont prêts. Nous allons donc modifier la loi le plus rapidement possible, j'espère avant l'été », avait affirmé le président.

Sans coût pour les collectivité locales, puisque l'amendement ne porte que « sur les personnes de droit privé », comme l'a stipulé le secrétaire d'État à l'emploi, Laurent Wauquiez, la proposition doit encore être validée par le Sénat. De même, les stages de plus de 6 mois « sauf cursus de formation spécifique » seront interdits.