Stages : Wauquiez en lutte contre les abus

Clément Solym - 10.08.2011

Edition - Société - wauquiez - enseignement - stages


Laurent Wauquiez, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a annoncé au journal La Croix, qu'il entamait une campagne pour « traquer les abus » lors des stages étudiants.

Trop d'étudiants restent en stages alors qu'ils devraient être employés en CDI. Certaines entreprises, notamment dans le secteur de l'édition, conservent ainsi un poste vaquant continuellement occupé par des stagiaires, lesquels se succèdent indéfiniment sans jamais obtenir de contrat en CDI, ni même en CDD.

Contrôler les entreprises

« Je souhaite que les contrôles exercés par l'inspection du travail se durcissent », a expliqué le ministre, dans le but de limiter les abus de la part des entreprises.


Par ailleurs, la priorité de Laurent Wauquiez consiste à diminuer la distribution excessive de conventions de stage de la part des universités, pour ces éternels stagiaires : « distribuer des conventions de stages à des jeunes qui s'inscrivent à la fac uniquement dans le but d'en obtenir cela n'a pas de sens » ajoutant qu'il n'y a « qu'un modèle de stage, celui qui s'inscrit dans votre cursus et permet d'acquérir des compétences en appliquant ce que vous avez appris en cours. »

Supprimer les stages facultatifs...

Certes, le système d'exploitation des stagiaires actuellement répandu n'est pas tolérable, toutefois est-ce une raison pour priver ceux qui le souhaitent de faire un stage volontaire ?

Ce à quoi le ministre répond que « la vraie bataille consiste à diffuser [ce modèle de stage obligatoire] dans tous les secteurs, comme les dans les IUT ou les écoles d'ingénieurs, où il est automatique. Les universités doivent ainsi développer des partenariats avec des entreprises pour mettre à la disposition des étudiants des banques de stage. »

Pourtant, certaines filières universitaires ne nécessitent pas particulièrement de stages. Par exemple, un étudiant de Master d'Histoire ou de Philosophie, destiné à la Recherche n'aura que faire d'un stage imposé dans une entreprise où il ne remettra jamais les pieds.

Que faire dans ce cas précis ? Imposer un stage qui n'aura pas d'utilité pour la majorité de la promotion ou interdire à la poignée d'étudiants volontaires un stage facultatif ?

... avant d'en inclure dans les cursus

S'il ouvre la porte à des excès certains de la part des entreprises, il me semble que le stage facultatif n'est pas à proscrire. D'autant plus qu'à l'heure actuelle, la plupart des universités n'incluent pas de stage dans leur cursus (en tout cas pas au-delà de la licence) et commencent déjà à interdire les stages facultatifs.

L'étudiant aujourd'hui inscrit à l'université doit donc batailler durement pour obtenir un stage et l'on voudrait encore lui compliquer la tâche ?

« Jusqu'alors, il s'agissait d'un sujet tabou. Pour la première fois, il sera mis sur la table à la rentrée universitaire avec l'objectif clair d'en faire un point de vigilance primordial » a conclu le ministre.