Statut des correcteurs : la médiation des ministères indispensable ?

Antoine Oury - 27.02.2018

Edition - Les maisons - correcteurs édition - correcteurs précaires - correcteurs statut convention


Et de deux. Le Syndicat national de l'édition a annulé aujourd'hui une réunion organisée entre sa Commission sociale et les organisations sociales représentatives des correcteurs, réunion qui devait à l'origine avoir lieu le 9 février dernier et au cours de laquelle un projet d'accord devait être présenté. La situation sociale des lecteurs-correcteurs de l'édition reste problématique, si bien que les ministères de la Culture et du Travail seront sans doute amenés à intervenir.


Manifestation des lecteurs correcteurs à Paris
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

« Fruit d'une concertation sérieuse et constructive, ces discussions devraient permettre une avancée concrète dans l'évolution du statut des travailleurs à domicile (TAD) dans l'édition de livres », assurait en janvier dernier le Syndicat national de l'édition. Quelques semaines plus tard, l'évolution du statut est toujours attendue par les intéressés, alors que le SNE vient d'annuler une réunion prévue aujourd'hui sur le sujet.

 

Cette réunion correspondait à celle du 9 février dernier, décalée par le SNE : c'est pourtant au cours de cet ultime rendez-vous avec les organisations sociales représentatives que l'édition devait présenter son projet d'accord sur la réforme du statut des correcteurs. Pour rappel, ces derniers demandent depuis plusieurs années une révision de l'annexe IV de la convention de l'édition.

 

Parmi les revendications, un lissage des rémunérations sur l'année, mais aussi indemnisation en cas de baisse de l'activité, lutte contre le paiement en droit d'auteur ou le recours à la microentreprise, mais aussi la mutuelle ou encore le 13e mois... Dans l'ensemble, les lecteurs correcteurs, souvent travailleurs à domicile, réclament une considération et des droits similaires à ceux des salariés sur site.

 

Ces dernières semaines, la situation des lecteurs correcteurs a fait l'objet de nombreuses questions posées à la ministre de la Culture Françoise Nyssen au Sénat. Maryvonne Blondin, sénatrice PS du Finistère et membre de la Commission culture, éducation, communication du Sénat a reçu une réponse le 14 février dernier, signée par la ministre de la Culture, mais énoncée par Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, en l'absence de Françoise Nyssen.

 

Si la réponse reprend les principaux éléments de langage que le ministère met en avant sur le sujet depuis plusieurs mois, elle indique néanmoins que « [l]es partenaires sociaux ont prévu de se réunir en commission mixte paritaire au début du mois de mars prochain au ministère du Travail. Ils se sont donné pour objectif de signer un accord qui pourrait aboutir à une réécriture de l'annexe IV de la convention collective de l'édition, permettant de sécuriser davantage la situation des correcteurs travailleurs à domicile et de leur apporter de nouveaux droits ».

 

 

Sauf que cet accord, pour le moment, est loin d'être finalisé... Le statut des correcteurs serait un motif de dissension jusqu'au sein de la Commission sociale du SNE, ce qui expliquerait l'annulation de la dernière réunion. Dans la suite de sa réponse, la ministre de la Culture assurait encore : « Si la négociation venait à échouer ou que des blocages persistaient, le ministère de la Culture et le ministère du Travail pourraient être amenés à proposer une médiation. »

 

L'hypothèse semble désormais très probable...




Commentaires
Cher Chambaron,

Si ces gens heureux que sont les « réviseurs indépendants » que vous connaissez ont une belle histoire à raconter, je serais ravie de l'entendre, vraiment. Et j'aurais même deux questions cruciales à leur poser :

— Ont-ils réellement choisi leur statut — ou plutôt, leur régime? (« statut » relève de l'Annexe IV de la convention collective de l'édition);

— Vivent-ils décemment et entièrement de leur métier (i.e. : fixent-ils eux-mêmes un très correct tarif horaire à leur « client » éditeur?)

NB : Aucun préjugé de ma part concernant leurs compétences, mais un gros doute sur la qualité de leur avenir...

Cordialement!
Je serai des plus heureux de m'exprimer – en mon nom au moins – dans un article de 𝘈𝘤𝘵𝘶𝘢𝘭𝘪𝘵𝘵é ou d'un autre média impartial et sérieux.

J'attends avec sérénité un hypothétique appel…

wink
Je vous invite à me contacter par email, ng@actualitte.com, je serai des plus heureux de pouvoir recevoir votre témoignage.

Nicolas
Cher monsieur, ce sera avec plaisir dès demain… Merci pour votre écoute et votre veille dominicale.
À quand une première étude ou article sur ces brebis galeuses et ubérisées que sont les correcteurs « microentrepreneurs », qui n'ont jamais voix au chapitre et qui ne se plaignent même pas ?

Si vous voulez en interroger, contactez-moi ! J'ai des adresses…
Cher Chambaron, quelques liens utiles pour vos ubérisés (qui peuvent aussi directement contacter ce très bon journaliste d'ActuaLitté, Antoine Oury) :

http://correcteurs.wesign.it/fr

https://www.correcteurs-cgt.fr/

Cordialement!
Bien cher·ère MDM,



Merci pour votre réponse.

Serait-ce une invite à publier dans ces colonnes un panégyrique de l'activité de correcteur en libéral ? J'en doute un peu…

Mon message cherchait à attirer l'attention de la rédaction d'ActuaLitté sur le fait que les réviseurs (je préfère ce terme) indépendants ne sont jamais sollicités pour exprimer un point de vue. Ceux de l'édition traditionnelle, en revanche, bénéficient d'un bon relai dans les médias. Une partie de leur discours vise hélas le travail confié par les éditeurs à des microentrepreneurs régulièrement taxés d'être mal formés, serviles et acceptant n'importe quelles conditions économiques. Les intéressés ont peut-être une autre vision de leur activité et une comparaison des statuts serait sans doute éclairante pour les lecteurs.

Bien cordialement,
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.