Statut des travailleurs à domicile : les négociations se poursuivent

Antoine Oury - 23.04.2018

Edition - Les maisons - travailleurs domicile statut - travailleurs domicile édition - correcteurs statut


Depuis plusieurs mois, les organisations syndicales et le Syndicat national de l'édition, organisation patronale, se rencontrent régulièrement pour évoquer la réforme du statut des travailleurs à domicile dans l'édition, un sujet qui concerne particulièrement les lecteurs-correcteurs. Après un projet d'accord décrit comme « aberrant » par les syndicats, le SNE assure que les discussions vont reprendre avec la nouvelle direction de sa commission sociale.


Manifestation des lecteurs correcteurs à Paris
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 
 

Dans son compte-rendu d'une réunion du 17 avril dernier, la section des correcteurs de la SGLCE-CGT, le Syndicat général du livre et de la communication écrite, évoque « trois points de désaccord dur » entre les syndicats et le SNE. 

 

Fin février, les rendez-vous prévus entre les organisations syndicales s'étaient interrompus après plusieurs annulations du SNE : le 27 février, ce dernier avait renoncé à présenter un projet d'accord aux syndicats CGT, CFDT, CFE-CGC et FO. Quelques semaines plus tard, le projet d'accord finalement remis est qualifié d'« aberrant » par le syndicat SGLCE-CGT : d'après l'organisation, il « semblait avoir balayé d’un revers de main les heures de discussions avec les organisations syndicales ».

Ce sont donc trois points de désaccord qui persistent, et qui concernent les principaux points de la réforme du statut des lecteurs-correcteurs : le lissage des salaires, l'indemnité de licenciement et les cadences de travail. Par ailleurs, le syndicat note que « l'état des lieux du recours à l’auto-entrepreneuriat que le SNE avait promis après la mobilisation du 9 janvier 2018 devant ses locaux » n'a toujours pas été remis aux organisations syndicales.

 

La CGT du livre organise sa première table ronde,
sur les correcteurs à domicile


Enfin, les syndicats dénoncent une instrumentalisation « des petites maisons d’édition, lesquelles servent [au SNE] de prétexte récurrent pour justifier l’absence de données ou pour tirer vers le bas nos conditions de travail et nos droits ».

Contacté par nos soins, le Syndicat national de l'édition s'est refusé à tout commentaire, indiquant simplement que les négociations allaient reprendre avec la commission sociale et sa nouvelle présidence.
 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.