Stéphane Bourgoin, le spécialiste des serial killers... serial menteur

Gariépy Raphaël - 07.05.2020

Edition - Les maisons - Stéphane Bourgoin police - serial killers mensonge - imposture Bourgoin spécialite


Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série et invité régulier des plateaux TV, avait déjà été malmené par des accusations de mythomanie début avril. Dans un entretien accordé à Paris Match cette semaine, il vient de passer aux aveux. Tout était vrai – enfin, non, justement, rien.


Stéphane Bourgoin - Livre sur la Place de Nancy
Stéphane Bourgoin - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Au début de cette année, Stéphane Bourgoin a d’abord dû faire face aux accusations d’un groupe d’anonymes baptisé 4ème Œil Corporation, qui dans une série de vidéos postées sur YouTube se sont attachés à minutieusement décortiquer les mensonges et approximations de cet habitué des plateaux TV. L’enquête, reprise par le site Arrêt sur image, avait ensuite fait le tour des médias, mettant à mal la figure de spécialiste incontesté des tueurs en série que l’homme avait réussi à se forger en plus de trente ans. 
 

Après avoir ainsi défrayé la chronique il y a quelques semaines, le spécialiste autoproclamé est sorti de son silence pour passer aux aveux. Dans un entretien à Paris Match, il revient sur ses mensonges successifs et enfonce un dernier clou dans le cercueil de sa crédibilité. Dans ce long article intitulé « Rencontre avec un serial menteur », Stéphane Bourgoin confesse donc avoir menti.

« Parfois, je me fais des films dans ma tête. J’ai toujours voulu qu’on m’aime » annonce-t-il en introduction. Pendant quarante années il aurait ainsi inventé des scènes, rajouté des détails rocambolesques allant même jusqu’à monter de toute pièce l’épisode du meurtre de sa femme. Évènement traumatique censé l’avoir conduit à s’intéresser aux tueurs en série.


Son expertise en matière de serial killer n’est au final pas réellement remise en question. C’est bien sa mythomanie, cette pulsion étrange qui le pousse à toujours enjoliver les faits qui a provoqué sa chute.

 

Une mythomanie productive


Si son aplomb et son CV trafiqué lui ont été indispensables pour tromper son monde pendant toutes ces années Stéphane Bourgoin s’est aussi appuyé sur une abondante littérature. Les livres, qu’il produisait régulièrement, lui permettaient d’être sans cesse réinvité sur les plateaux et d’asseoir ainsi sa légitimité.


Le livre noir des serial killers — Dans la tête des tueurs en série (Points), 999 ans de serial killers (La mécanique générale), L’ogre des Ardennes. Les derniers secrets de Michel Fourniret (Grasset), Moi, serial Killer. Les terrifiantes confessions de Douze tueurs en série (Points)…


Si vous possédez ces ouvrages de Stephen Bourgoin dans votre bibliothèque, on vous invite à calmer la pulsion qui pousserait à les bazarder. Il faut savoir admirer le travail bien fait. Contentez-vous de déplacer ces ouvrages de la section documentaires de votre bibliothèque pour les ranger dans le rayon fiction.

 




Commentaires
Ah bon ! Stéphane Bourgoin est donc, non pas un vrai imposteur, mais un affabulateur !

Triste qu'un immense pro passionné comme lui ait laissé son ego l'entraîner vers des dérives infiniment dommageables.

Le tout à l'ego, une pollution consubstantielle à notre société de l'apparence dont la dimension numérique augmente cette caractéristique de manière exponentielle, vertigineuse !

Même si l'action de Stéphane Bourgoin a commencé bien avant l'ère numérique.

Mais un syndrome particulièrement désagréable voire nauséabond parfois du cybermonde est ce règne de la dénonciation sous anonymat !

Quelle est la frontière entre dénonciation et délation d'ailleurs ?

Voilà un thème de débat intéressant !

Il en fut fortement question à l'été 2019 avec ces accusations de plagiat émises contre Gad Elmaleh (dont par ailleurs je recommande vivement l'émission «Gad Partagé» le samedi à 12 heures sur TSF Jazz !).

Elles émanaient d'un courageux anonyme officiant sous le pseudo «Copy Comic».

Quelle est donc cette «4ème Oeil Corporation»,celle des détracteurs...masqués (mais dès janvier !) de Bourgoin ?

Un octette: huit personnes passionnées d'affaires criminelles mais dont la musique de justiciers sonne faux à cause de l'anonymat.

Lorsque l'on estime pouvoir ou devoir lutter contre des abus, il me semble que l'on doit impérativement prendre ses responsabilités en signant de son

(vrai!) nom.

Sinon rien à faire: quels que soient les arguments sans doute fondés des redresseurs et redresseuses de torts (dont une déesse de la Justice égyptienne dans ce comité d'épuration !), l'anonymat sent mauvais.

La société panoptique approuvée ou souhaitée par certains doit se voir imposer des limites.

Sous peine de virer au cauchemar orwellien.

C'est ce que la petite corporation de mes deux yeux croit voir en entraînant leur propriétaire à lancer cette objurgation, mais dûment signée !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Quand on reprend le travail de quelqu'un impunément, que ce soit totalement ou en partie, et qu'on ne le fait pas qu'une fois mais de manière régulière, on ne mérite plus aucun respect professionnel.



Quant à ceux qui les dénoncent, quand on voit que même quand les faits qu'ils appuient sont avérés ils sont encore déconsidérés par certains, on peut tout à fait comprendre qu'ils adoptent la protection de l'anonymat.
Pour répondre a Monsieur Nawelaers. Je trouve intéressant que la dénonciation soit pire que le délit.Somme nous à la limite d'un point Godwin ?
Je lis des grands noms de l'édition... Ont-ils le fait leur travail de vérification avant d'éditer ce monsieur ?
Deux des membres du collectif sont sorti de l’anonymat justement pour plus qu'on dise qu'ils se cachent...
Je pense que le collectif 4ème oeil craint un procès et je les comprends : même lorsqu’on fait une enquête solide et étayée on risque plusieurs années de procès, expertises, contre expertises, diffamation, etc. Du temps (2 ans + appel 2 ans), de l’énergie et de l’argent. Et on peut dénoncer des faits vrais et être malgré tout condamné, sur le terrain du droit à l’image, de la contrefaçon (en citant des passages des œuvres), ou du respect de la vie privée (son ex femme assassinée etc)
Je suis triste pour l'homme éminemment sympathique que j'ai connu en 2012. Lorsque étant moi-même membre du jury thrillers du Festival International du Film fantastique de Bruxelles en sa compagnie et celle de Maxime Chattam, j'ai eu le plaisir de découvrir ce personnage souriant, attachant et adorant faire des blagues à ses proches. Malgré les circonstances, il conserve ma sympathie.
Je trouve marrant de cracher autant sur ce collectif à cause de son anonymat qui a fait un vrai travail d'investigation tout en glorifiant copy comic. D'après mes souvenirs lui aussi dénonce anonymement.
rolleyesConnaissant maintenant le personnage il va nous écrire un livre qui s intitule " Moi serial menteur" où il va inventer une histoire expliquant qu'il a été victime d un énorme mensonge de famille ce qui va le pousser à devenir maintenant le spécialiste de la mythomanie. Il aura alors l accasion de faire le tour des plateaux télé etc. Ainsi jusqu'à sa retraite.

Bravo pour les éditeurs et les journalistes de bas étage qui l ont laissé prospérer en vendant sa soupe funèbre.
Mais alors les faits relatés dans les livres de Stéphane Bourgoin ou les dessins et conversation de ces criminels sont-il exacts ou non ? blank stare
Affabulateur de quoi et pourquoi ? On se méfiera un peu plus. Mais rassurez moi, c est bien lui qui a interrogé tout ces malades et s est totalement investi dans ces investigations ? Tout son boulot ce n est tout de même pas à mettre à la poubelle ?



Triste qu il ait dévié. A titre perso, je le remercie pour nous avoir fait découvrir certains fonctionnement de tueurs en séries.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.