Stéphane Bourgoin, le spécialiste des serial killers... serial menteur

Gariépy Raphaël - 07.05.2020

Edition - Les maisons - Stéphane Bourgoin police - serial killers mensonge - imposture Bourgoin spécialite


Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série et invité régulier des plateaux TV, avait déjà été malmené par des accusations de mythomanie début avril. Dans un entretien accordé à Paris Match cette semaine, il vient de passer aux aveux. Tout était vrai – enfin, non, justement, rien.


Stéphane Bourgoin - Livre sur la Place de Nancy
Stéphane Bourgoin - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Au début de cette année, Stéphane Bourgoin a d’abord dû faire face aux accusations d’un groupe d’anonymes baptisé 4ème Œil Corporation, qui dans une série de vidéos postées sur YouTube se sont attachés à minutieusement décortiquer les mensonges et approximations de cet habitué des plateaux TV. L’enquête, reprise par le site Arrêt sur image, avait ensuite fait le tour des médias, mettant à mal la figure de spécialiste incontesté des tueurs en série que l’homme avait réussi à se forger en plus de trente ans. 
 

Après avoir ainsi défrayé la chronique il y a quelques semaines, le spécialiste autoproclamé est sorti de son silence pour passer aux aveux. Dans un entretien à Paris Match, il revient sur ses mensonges successifs et enfonce un dernier clou dans le cercueil de sa crédibilité. Dans ce long article intitulé « Rencontre avec un serial menteur », Stéphane Bourgoin confesse donc avoir menti.

« Parfois, je me fais des films dans ma tête. J’ai toujours voulu qu’on m’aime » annonce-t-il en introduction. Pendant quarante années il aurait ainsi inventé des scènes, rajouté des détails rocambolesques allant même jusqu’à monter de toute pièce l’épisode du meurtre de sa femme. Évènement traumatique censé l’avoir conduit à s’intéresser aux tueurs en série.


Son expertise en matière de serial killer n’est au final pas réellement remise en question. C’est bien sa mythomanie, cette pulsion étrange qui le pousse à toujours enjoliver les faits qui a provoqué sa chute.

 

Une mythomanie productive


Si son aplomb et son CV trafiqué lui ont été indispensables pour tromper son monde pendant toutes ces années Stéphane Bourgoin s’est aussi appuyé sur une abondante littérature. Les livres, qu’il produisait régulièrement, lui permettaient d’être sans cesse réinvité sur les plateaux et d’asseoir ainsi sa légitimité.


Le livre noir des serial killers — Dans la tête des tueurs en série (Points), 999 ans de serial killers (La mécanique générale), L’ogre des Ardennes. Les derniers secrets de Michel Fourniret (Grasset), Moi, serial Killer. Les terrifiantes confessions de Douze tueurs en série (Points)…


Si vous possédez ces ouvrages de Stephen Bourgoin dans votre bibliothèque, on vous invite à calmer la pulsion qui pousserait à les bazarder. Il faut savoir admirer le travail bien fait. Contentez-vous de déplacer ces ouvrages de la section documentaires de votre bibliothèque pour les ranger dans le rayon fiction.

 




Commentaires
Pour répondre à Labadie: où diable ai-je écrit que «la dénonciation est pire que le délit » alors que je ne m'en prends qu'à l'anonymat ???

Pour répondre à Éric: deux membres de ce collectif sont sortis de l'anonymat (ce que j'apprends par vous) mais vous le préservez soigneusement, cet anonymat ?

De quoi ajouter de l'eau à mon moulin !

On tourne en rond sur un manège pas enchanté du tout...

Pour répondre à Anton:Monsieur Anton,une suggestion: lire les contributions correctement avant d'y répondre !

«Glorifier» Copy Comic, où diable avez-vous lu cela ?

Je me pince !

Je mets en parallèle (au contraire !) son anonymat avec celui du collectif des huit personnes s'intéressant aux faits criminels.

J'adore l'émission de jazz d'Elmaleh mais s'il a plagié des comiques américains,je désapprouve évidemment.

Rien à voir et ne mélangez pas tout,je vous prie...

Pour en revenir à Bourgoin...

Je ne doute absolument pas de la passion et du travail immenses de Stéphane Bourgoin et c'est pourquoi je me refuse à le qualifier d'imposteur.

Mais c'est un affabulateur: il le reconnaît lui-même...

De vrais imposteurs, on en connaît dans le domaine culturel !

J'espère m'exprimer en français clair et intelligible et je ne comprends pas les lectures tronquées ou erronées de certains.

Enfin j'espère que cette réponse-ci ne prêtera enfin à nulle confusion ni à nul contresens ni à nulle interprétation totalement fantaisiste, ce serait bien...!

CHRISTIAN NAUWELAERS
L'anonymat n'exclut pas la vérité.



Il n'est question ni de dénonciation ni de délation mais d'une enquête très bien menée et diligentée dans un soucis de mettre à jour les mensonges d'un homme qui a voulu tromper dans un but lucratif le public, son public.



Si mener une enquête pour amener des preuves de la culpabilité de quelqu'un, est de la délation, alors le premier délateur serait S. Bourgoin, lui même, lors de ses soi-disant enquêtes. Et je dis bien délateur, c'est à dire dénonciateur dans un but intéressé. Et je ne pense pas qu'il le soit.

Néanmoins rien n'enlève le fait que ses livres sont une mine d'informations sur ce sujet des serial killer, même si je recommande vivement les livres de J. Douglas pour celles et ceux qui s'intéressent vraiment à la psychologie des tueurs en série.
Je tombe de très haut. Je le connais depuis 1980. Je me souviens de la projection des tueurs en série. C'était vrai. Alors ? Je suis incapable d'écrire autre chose que de parler de ma sidération.
Selon le Robert, la délation est une «dénonciation inspirée par des motifs méprisables».

Le problème étant que le délateur pense souvent ou presque toujours être dans son bon droit !

Moi je lançais l'idée de discuter de la différence entre «dénonciation» et «délation».

Ici, pour répondre à Rony 2273, il ne s'agit pas de délation du tout mais d'une dénonciation que l'on a le droit de trouver légitime: puisqu'avec Bourgoin, il y a tromperie sur la marchandise,avouée mais sous la pression par le principal intéressé.

Et du coup je n'ai pas envie de lire des livres dont la fiabilité est douteuse.

Se demander à chaque page: «Est-ce vrai ou pas ?», aucune envie.

Et non je refuse d'approuver l'anonymat de ce comité de huit personnes.

C'est totalement anti-éthique.

Veule,lâche.

On assume ou on se tait.

Quelqu'un a pu faire remarquer les procès possibles,le danger de s'exposer etc. ?

Cela ne tient pas la route.

Bourgoin ne niant pas ce qui lui est reproché, les preuves étant irréfutables, impossible dorénavant d'attaquer en justice cette petite association en justice: je persiste et signe, l'anonymat correspond à ce que le web charrie de pire.

Le ver est dans le fruit dans cette affaire.

Rien ne la justifie dans ce cas-ci.

Et qu'on n'aille plus en déduire bizarrement que j'exonère de leurs torts les tricheurs,imposteurs,ceux qui récupèrent le travail des autres sans les créditer etc.

Il faut éviter la confusion mentale et la malhonnêteté intellectuelle qui ont trop envahi le champ du débat public.

Ni filouterie du travail faisandé et des réputations usurpées, ni anonymat des lanceurs de dénonciations (pas délations, en général) de ces arnaques et tricheries au long cours qu'il faut effectivement arrêter.

Ni l'une ni l'autre et si on ne comprend pas cela, ce sera sans doute volontaire et j'ignore pourquoi.

Mais je fais confiance au bon sens des lectrices et lecteurs !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Rectification: il faut lire «...impossible dorénavant d'attaquer cette petite association en justice», une fois suffit !

Répétition erronée de ce «en justice»...!

CHRISTIAN NAUWELAERS
Vous ne parlez pas des plagiats dont il s'est rendu coupable... en traduisant des livres américains
Dans cette société où ceux qui disent la vérité sont systématiquement mis au pilori et jetés à la vindicte populaire,à partir du moment où leur travail est fondé,Je comprends tout à fait le souhait de conserver l'anonymat.
Le refus de l'anonymat dans ce genre de situation peut impliquer une sorte de courage...

Ce qui peut rebuter ou terroriser des gens.

Question de choix de vie, des valeurs auxquelles on croit ou non...

Moi si je m'en prends un jour à un imposteur, ce sera signé de mon vrai nom.

Mais tout le monde ne procède pas ainsi et pour ce qui est de la «vindicte populaire» évoquée par Danithepostman, on peut penser à des victimes de ce qu'on appelle «le tribunal twitter» qui accuse des gens -souvent des personnalités -sous couvert de l'anonymat et en colportant des rumeurs invérifiables par tous les justiciers masqués qui remplacent la justice par l'émocratie voire le goût du buzz !

Cela me dégoûte.

Ici les accusations contre Bourgoin sont bel et bien fondées, il a fauté sur le long terme et rien ne justifie l'anonymat, surtout -j'insiste ! -à partir du moment où lui-même ne nie pas ses faux pas.

Je pense qu'on a fait le tour: il existe deux façons opposées de voir les choses.

Des valeurs incompatibles mais c'est le cas dans toute société organisée...

À chacun ses convictions et sa manière de vivre.

Moi je crois encore à la démocratie et au courage quand il le faut.

Pas aux supposées vertus de l'anonymat.

CHRISTIAN NAUWELAERS
Avant de contester l'anonymat de 4e oeil faudrait peut-être commenter sous un vrai nom et prénom et pas avec un pseudo. : wink
Faut changer sa page Wikipedia car ses que mensonge.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.