medias

Stephen King, en manque d'impôts : l'horreur ?

Clément Solym - 01.05.2012

Edition - Economie - taxes - Stephen King - fiscalité


Le maître du roman d'horreur, qui passera bientôt vétéran, a rejoint la liste des milliardaires qui réclament que l'État leur fasse payer plus d'impôts, affirmant que le gouvernement, dans un effort pour équilibrer les dettes du pays, devrait s'appuyer sur les citoyens les plus aisés.

 

Dans un langage très fleuri, ce dernier dit combien il déteste le comportement des riches du pays, qui sont horrifiés à l'idée de payer un cent de plus. 

 

« The majority (of rich people) would rather douse their dicks with lighter fluid, strike a match, and dance around singing Disco Inferno than pay one more cent in taxes to Uncle Sugar. » 

 

 

 

Par prudence pour les jeunes lecteurs, la rédaction de ActuaLitté préfère ne pas traduire. Mais disons que c'est assez expressif...

 

Retrouver les livres de Stephen King

dans notre librairie avec Decitre

 





Des milliardaires comme Warren Buffet, Mark Zuckerberg ou Bill Gates, ont déjà appelé le président Obama à relever leur niveau de taxation, un projet contre lequel les démocrates continuent activement de lutter. 


Pour King, le principe est pourtant simple : « Je ne veux pas que vous vous excusiez d'être riches. I souhaite que vous reconnaissiez qu'en Amérique, nous devrions tous verser une juste part. Que ce n'est pas honnête que de demander à la classe moyenne d' assumer une taxation disproportionnée du fardeau fiscal. »

 

Et de conclure : « Not fair? It's un-f******-American is what it is ! » Le lecteur comprendra de lui-même... (voir Daily Beast)