Stephenie Meyer mériterait des actions chez Hachette pour 2009

Clément Solym - 23.12.2009

Edition - Economie - stephenie - meyer - meriter


C'est la coutume de la fin d'année, pour le patron d'une société qui a fait son petit résultat, parvenant à tirer son épingle du jeu, alors que le contexte n'était pas des plus favorables et que vraiment, l'année aurait pu être bien plus merdiq.., pardon, ratée que cela.

Tim Hely Hutchinson, de Hachette UK n'a pas dérogé à la règle, d'autant que pour l'éditeur, les occasions de se réjouir, au fil de cette année, n'ont pas été peau de chagrin. Quand on publie Stephanie Meyer, on sait que les ventes ne seront pas décevantes.

Alors, prenant sa plume belle plume pour écrire au père Nouyel, Tim a dit à ses équipes que le marché du détail cette année avait été « très difficile », mais que Hachette avait été « le seul acteur de l'édition à accroître ses parts de marché », le tout grâce à de « très fortes ventes ». Évidemment.

Une place de numéro Un en Angleterre qui se confirme largement, et qui donnera, fin 2009 16,4 % de parts de marché, soit 3 points de plus que sur le deuxième.

Et comment toute cette réussite est-elle possible ? Des ventes étonnantes et bonnes en Australie, certes... mais surtout et avant tout, Stepehenie Meyer... On n'aura pas cessé de le répéter durant toute l'année, c'est elle qui a porté les ventes dans le secteur jeunesse...