Twilight : Stephenie Meyer réécrit l'histoire en changeant de sexe

Victor De Sepausy - 07.10.2015

Edition - Les maisons - Stephenie Meyer - Twilight suite - vampires loups garous


Diablerie : non seulement on ne l’attendait plus dans les librairies, mais, surtout, les lecteurs auraient apprécié de voir tout autre chose signé de son nom. Elle, c'est Stephenie Meyer, la mormone la plus accro aux créatures de la nuit, avec canines et pelage renforcé. Et elle revient avec Life and Death, un ouvrage épatant. Sauf qu'elle ne se fait aucune illusion, et à raison : en sortant Life and Death, une version remaniée et reprise de Twilight, elle sait que les horreurs vont pleuvoir... Et vous connaissez la Meyer ? Ça va cartonner.

 

 

 

« Je suis tellement navrée », attaque la romancière dans sa préface. « Je sais qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents, parce que ce nouvel ouvrage n'est A/ pas tout à fait nouveau, B/ pas Midnight Sun [la suite tant attendue, qui avait fuité sur le net, et poussé Stephenie à arrêter son écriture, NdR]. » 

 

Et pour cause, à cette époque, Meyer jetait littéralement l'éponge : « Le manuscrit qui a été mis illégalement sur Internet fut livré à des personnes de confiance pour une bonne raison. Je me sens trop triste de ce qui s'est passé », avait-elle alors écrit sur son site.  « Je pense que j'ai besoin d'une petite pause. Je dois faire le ménage... J'en ai un peu marre des vampires en ce moment. » C'était donc en 2009...

 

J'ai besoin de me sentir seule avec le sujet pour être en mesure de l'écrire et ce n'est pas le cas actuellement avec ce livre. Tant de personnes ont surenchéri sur ce sujet. J'ai dépassé le choc de cela, mais pas l'implication que tout un chacun a apportée, et je ne sens plus du tout le sujet comme mien. J'espère qu'avec un peu de temps, le temps d'écrire autre chose, et me sortir cela de la tête pendant un moment... C'est clair dans ma tête, j'aimerais y revenir. (novembre 2009) Stephenie Meyer

 

 

Le comble est donc arrivé : après que Fifty Shades of Grey s’est ouvertement inspiré de Twilight, pour écrire des mièvreries romantiques, sur fond de pudibonderie et de sadomaso, c’est au tour de Twilight de s’inspirer de Fifty shades. Et comment ? Banco : en changeant le sexe des personnages principaux, pour inverser les points de vu – ô, misère...

 

« J’ai toujours soutenu qu’il n’aurait eu aucune différence si l’humain avait été un homme et la vampire une femme – ce serait la même histoire », a toujours juré Meyer, qui ne manque donc pas de se répéter. Et pour se donner plus d’aplomb, voici qu’elle sort le livre qui va lui donner raison. 

 

Au cours de 400 pages de grandes nouveautés, donc, on ne retrouvera plus Bella, mais Beau, diminutif de Beaufort – le genre bonne pâte cuite de Savoie – et donc fort logiquement Edwards laissera la place à Edythe. Évidemment, tous deux se rencontreront dans la ville de Forks, alors que Beau vit avec son père, Charlie – Meyer n’a pas poussé le vice jusqu’à revisiter le genre des parents de ses protagonistes. Faut pas pousser l’effort d’imagination était déjà sensationnel. 

 

Le monde du livre est donc agonisant, et ses derniers soubresauts se feront dans une mare de sang, fraîchement lapée par des forces obscures. 

 

Ou bien est-ce la mode des reboots, qui puise dans un cinéma paresseux, le soin de faire revivre des personnages, avec juste ce qu’il faut de nuances (50, même pas nécessaires), pour faire croire à l’originalité. Dans tous les cas, les séries à succès ont de l’avenir, surtout s’il devient possible d’en faire tout, et de préférence n’importe quoi, en espérant que les lecteurs soient des gogos disposés à tout gober. 

 

Le livre est sorti ce 6 octobre, chez Little, Brown, et commémore le 10e anniversaire de la parution du premier ouvrage.  (via Les Histoires Sans Fin)

 

 

C’est à Ann Rice qu’il va falloir rendre justice, désormais. En 2010, la maman de Lestat assurait que Stephenie Meyer avait totalement dénaturé les vampires, histoire d’en faire des créatures stupides pour gamins.

 

« Cela repose sur un principe idiot : que des êtres immortels iraient au lycée. C’est un manque d’imagination, mais, en même temps, cette idée stupide a procuré un succès énorme à Stephenie Meyer. C’est presque une sorte de coup de génie, de les envoyer au lycée. »

 

De la fiction au rabais, alors que les vampires pourraient partir en voyage partout dans le monde. Avec ça, Meyer a raconté l’histoire de « vampires demeurés pour les enfants. Mais ça a marché. C’est un succès total. Cela rend les enfants très heureux ». Et pour cause.   

 

Maintenant, ce ne sont plus simplement les vampires, qui sont idiots, mais également les gamins, que l’on tente de décérébrer...