Stop Amazon : un Black Friday vraiment noir s'annonce

Victor De Sepausy - 15.11.2019

Edition - Economie - Amazon Black Friday - emplois environnement - boycott amazon


Le vendredi 29 novembre sonneront les cloches du Black Friday. Importé des États-Unis à l’occasion de Thanksgiving, le Black Friday est un grand jour de soldes qui ouvre la saison des achats de fin d’année. Coordonné par le collectif Attac, une tribune, déjà signée par de nombreux universitaires, auteurs ou acteurs de la chaîne du livre, appelle à un boycott de la plateforme. 
 
Daniel Lee CC BY-ND 2.0

Sous le titre de "Stop Amazon et son monde", la pétition se donne pour objectif de renverser le Black Friday, désigné comme un « évènement clef d’un capitalisme féroce et d’une ode à la surconsommation [ayant] des conséquences environnementales, sociales et fiscales dramatiques », en une période de mobilisation citoyenne. Et de rebaptiser le Black Friday, en un « Vendredi Noir pour Amazon ». 

Et les signataires ne sont pas des moindres : on y retrouve des auteurs tels qu'Alain Damasio ou Patrick Chamoiseau, mais aussi des enseignants et chercheurs, ou encore des éditeurs, ainsi que la vice présidente du SLF (Syndicat de la librairie française), tout autant que des libraires indépendants.

Dans le texte joint à la pétition, les signataires reviennent sur les différents aspects qui à leurs yeux font de la firme dirigée par Jeff Bezos un « héros du néolibéralisme 2.0 » qu’il est grand temps de combattre. 

Car « le Black Friday est un des vecteurs de la stratégie de prix cassés et de vente à perte qui a permis à Amazon de devenir le premier distributeur de textile et d’électronique en France», dénoncent-ils. 

Premier point: les conditions de travail autant intenables qu’inacceptables auquel le géant soumet ses employeurs. Les signataires pointent du doigt la stratégie, du nom de « day one », adoptée par la firme, qui consiste à maximiser les cadences de préparations des commandes et contraint ses livreurs à une course sans fin, et déshumanisée.
 

On estime que pour un emploi créé par la firme de Jeff Bezos, deux emplois sont détruits dans le secteur commercial. Les salariés d’Amazon, dont de nombreux intérimaires, enchaînent des tâches cadencées par les algorithmes de leurs scanners. Dans ses nouveaux entrepôts, ils deviennent des auxiliaires de 100 000 robots de préparation des commandes. Et, bientôt, les livreurs, déjà nombreux à être ubérisés, pourront être remplacés par des drones. 


En plus de représenter une menace sur le marché de l'emploi et de contribuer au délitement du lien social, le système économique sur lequel repose Amazon, ne peut qu'être bon, selon eux, à accroître les disparités. Ils rappellent en effet la pratique de détournement fiscal auquel la multinationale se livre sans vergogne.
 
Mais le désastre ne s’arrête pas là. Comme le pointe le texte, les méfaits engendrés par la vaste entreprise de e-commerce se répercutent non seulement sur la société, mais aussi sur la planète. Un système qui, en somme, pose de sérieux problèmes tant au niveau éthique qu’écologique :
 

 Ses prix bas, ses promotions quotidiennes poussent à la surconsommation et contribuent à la hausse des émissions de CO2 en démultipliant l’extraction des ressources, les transports par bateaux, avions ou camions. Amazon Web Services (AWS) est également numéro un mondial du cloud et ses data centers, ont généré autant de gaz à effet de serre que le Portugal en 2018. AWS fournit ses services à Palantir, une société sulfureuse qui aide Donald Trump à identifier et arrêter des migrants traversant illégalement la frontière. 


Par cet appel visant à mettre fin à l’hécatombe vers laquelle conduiraient les pratiques d’Amazon, les signataires invitent tout un chacun, y compris sur les réseaux sociaux avec #VendrediNoirpourAmazon, à se mobiliser afin de «  ne plus laisser Amazon balayer d’un revers de main les droits sociaux et environnementaux ».

Une mobilisation qui enjoint à prendre ses propres responsabilités en tant que consommateur, et citoyen.  

Pour consulter la tribune, c'est ici
 


Commentaires
pas de boycott ni de Black Friday cette année, juste mes achats "normaux" aussi bien sur Amazon, Anime Store (Mobile Suit Gundam 00 - Saison 2, Ashita no Joe 2 ou Edgar de la Cambriole - Saison 1 = que du TRÈS bon) ou autres sites.



L'année dernière mon Black Friday était sur DramaPassion (Empress Ki et d'autres).
Au moins, on voit votre sensibilité accrue aux réalités environnementales et sociales du moment.

Un peu trop égoïste heu de droite pardon à mon goût...
Attac à bien travaillé son truc ceci dit, mais c'est un chouïa trop extrême gauche pour moi (au moins j'aurais appris qu'il y aucun Repair café dans ma ville)
bonjour BlacK Bullet, qu'est ce que ça signifie "trop extrême gauche" ?

Il y a des parties de l'analyse avec lesquelles vous n'êtes pas d'accord ?
Je suis pas anti-capitaliste (je suis plutôt modéré dans ce cas) ni anti-Amazon,personnellement j'ai une phobie sociale, Internet et la VPC sont une aide formidable pour moi, le lien social vanté est pour moi une horreur, le SAV d'Amazon marche très bien et comme je suis Prime (pour Prime Vidéo) je privilégie Amazon. Après des réponses vous sont donnés par Glomur93 et Imad.



Pour le coté capitaliste je vois pas d'alternatives qui puissent faire vivre 7-8-9 milliards d'humains sorry (mais le marché doit répondre à la loi et non l'inverse), il faudrait des technologies que nous n'avons pas pour la décroissance. Pour les impôts je suis pour un impôt Européen mais on y est pas...
J'ai profité d'un offre su le net dans le cadre du Blzck Frifay et je n'ai pas à le regretter. Pour Amazon je dis pas non. Mais pensez à la France rurale délaissée et ignorée qui est bien contente d'avoir un Amazon pour commander et se faire livrer des fournitures qu'elle aurait un mal fou à obtenir autrement. On devrait commencer par ça si vous voulez lutter contre un monstre du capitalisme. Amazon n'a fait que répondre là où nous avons nos propres lacunes. Alors occupons nous justement et en priorité de ce qui ne marche pas chez nous et cherchons des solutions qui satisfairons tout le monde.
Allez dire aux millions de pauvres en France de renoncer a s offrir cequ ils ne peuvent acheter en dehors des blackfriday ou autre??? Vives les promos!
C'est exagéré quand même ! D'ailleurs l'auteur aurait pu faire une comparaison Amazon / Alibaba. Amazon fait quand même bouger énormément les lignes ce qui est très sain comme dans l'industrie du livre obligeant la mortifère CGT avec son bras armé " Syndicat du livre " à stopper la surfacturation et à réduire la voilure.



Pour autant la cadence des employés peut faire l'objet de critiques même si comme je le disait précédemment, une comparaison Amazon / Alibaba aurait été apprécié.
C'est exagéré dites vous ?

Je vous invite à aller consulter des articles qui traitent des conséquences du développement de Amazon.

C'est du même acabi pour alibaba, les grandes industries internationales.

On ne devrait plus donner autant de poids à ces monstres qui détruisent par leurs modèles économiques, la nature, l'environnement, la planète, notre futur en somme.
" Je vous invite à aller consulter des articles qui traitent des conséquences du développement de Amazon. "



Dois-je vous invitez à aller à vous renseignez sur pourquoi l'usage du terme " pas cher " apparaît quasiment partout dans le cadre de la consommation ?



Amazon répond à la demande Française ou plus généralement globale qui se base sur 2 choses : 1 / La rapidité d'obtention. 2/ Des prix compétitif (autrement dit pas cher).



D'ailleurs en substance derrière l'image de Amazon prédateur qui ravage les petits commerce, on constate systématiquement que c'est dû à un manque de compétitivité et quand on regarde la compétitivité des petites entreprises, on trouve dans 99
2/ Des prix compétitif (autrement dit pas cher).



Les prix sont au contraire très cher, car vous achetez du vent.

C'est du prêt à jeter ou du consommable, qui ne dure pas dans le temps.



Acheter un prix ou un produit ?
Halte aux entreprises qui ne vivent que sur la surconsommation en abusant de la précarité de leurs salariés.
C'est cool ça va être le blackfriday y aura plein de promo sur Amazon le top
Oh les petits cassos font un petit regroupement de signatures, mais ça ne marchera pas les gars, regardez la réalité en face, vous brassez du vent... Pathétique...
Ouais c'est vrai que c'est mieux de ne rien faire et laisser des commentaires nazes et inutiles...

Bon black Friday
Bonjour,



Réponse à Hoops,

Ton surnom fait référence à des montres bas de gamme. Comme ton commentaire

Traiter les autres de Cassos (Cas social) et en leur demandant de voir la réalité en face, c'est cela qui est pathétique : aucune analyse, aucune référence à quoi que ce soit de construit, aucune base de réflexion.



Mais tu n'as peut-être pas le minimum de connaissance qui te permettrait de lire des articles construit dépassant l'invective ?
En milieu populaire, il ne s'agit pas de surconsommation : il s'agit juste d'avoir les équipements de base, pour travailler ou se vider la tête de des problèmes. Surtout pour ceux/celles qui n'ont pas accès au crédit.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.