Studyrama intéressé par une reprise de l'activité des éditions Bréal

Antoine Oury - 05.12.2013

Edition - Les maisons - éditions Bréal - redressement judiciaire - Studyrama


Depuis le 24 avril 2013, les éditions Bréal sont sous le coup d'un redressement judiciaire, initié par le Tribunal de Commerce de Paris. Les intéressés pouvaient déposer leurs offres jusqu'au 25 octobre dernier, et l'audience du Tribunal de Commerce a permis de les examiner hier. Ou plutôt de l'examiner, puisque seule l'offre de Studyrama est arrivée jusqu'à lui.

 

 

Capture d'écran du site Internet de la maison

 

 

« Dans la suite du redressement judiciaire, un appel d'offres a été initié pour rechercher des repreneurs », explique Me Jonathan El Baze du cabinet TPM, « avec une date limite fixée au 25 octobre dernier ». Consciente d'une baisse des ventes, la maison Bréal avait tenté plusieurs rapprochements avant le redressement, dont un, déjà avec Studyrama, autour de coproductions et codiffusions de livres scolaires.

 

Toutefois, deux offres seulement ont été déposées à la date limite, et le Tribunal de Commerce n'en a eu qu'une seule à examiner, l'autre repreneur potentiel s'étant entre-temps désisté. Cette offre ne concerne que les éditions Bréal et son fonds de commerce, et propose une reprise de l'activité, mais deux licenciements économiques sur une équipe de 6 personnes.

 

Le point fort de l'offre reste évidemment la poursuite de l'activité, plutôt qu'un simple rachat des marques et des stocks. Les éditions Bréal ont souffert ces dernières années d'un essoufflement progressif des ventes, mais aussi d'une diversification très importante du catalogue. « Auparavant, Bréal était systématiquement associé aux classes préparatoires, puis le catalogue s'est ouvert peu à peu aux classes secondaires », précise Me El Baze.

 

Le règlement des droits des auteurs figure par ailleurs au passif de l'entreprise, et il appartiendra au liquidateur de procéder au règlement de ces droits, en s'appuyant sur les actifs dont il dispose. Le tribunal, quant à lui, rendra son jugement sur l'offre de Studyrama dans quinze jours.