Suède : conflit ouvert entre l'éditeur Bonnier et Storytel sur le livre audio

Nicolas Gary - 05.06.2019

Edition - International - Netflix Disney - Bonnier Storytel - audiolivres Suède


Ce n’est pas que Winter is coming, mais pas loin : dans l’autre patrie du pain, une guerre commerciale a commencé. D’un côté, le groupe éditorial Bonnier AB, basé à Stockholm ; de l’autre, Storytel, spécialiste et leader suédois du livre audio. Au milieu, les paiements dus par le second au premier, pour l’écoute en streaming…

Berrocco Suede
ana reinert, CC BY SA 2.0


Storytel avait négocié avec Bonnier un premier accord, pour intégrer une partie du catalogue de livres audio de la maison. Mais avec le temps, une tentative de révision du contrat, infructueuse, a conduit à une impasse. Désormais, Storytel se trouve privé des audiolivres de Bonnier, qui refuse de mettre à disposition ses nouveautés, et ce, jusqu’à nouvel ordre.
 

La rémunération qui coince pour l'éditeur


Le nœud gordien est évidemment le montant que doit verser Storytel à l’éditeur, pour les titres que les utilisateurs écoutent. Selon le service de streaming, les demandes du groupe sont bien trop élevées — et plutôt que de céder, une autre forme de compensation était avancée. Pour Bonnier, l’offre est inacceptable, et Storytel doit se conformer aux montants de rémunération convenus.

Depuis le 1er avril, donc, les nouveautés de l’éditeur sont bloquées, ce qui implique les derniers ouvrages, très, très attendus en Suède, de Camilla Läckberg et de Jonas Karlsson. 

Sara Börsvik, directrice des opérations de la maison Bonnier, explique : « Le fait que ce revendeur travaille activement avec nos livres est une condition préalable à notre coopération. Et Storytel ne s’y emploie pas. Par conséquent, nous ne diffuserons pas de nouveautés pour l’instant. »

Et cette décision a fait du bruit : c’est une première dans l’industrie suédoise. Chose que regrette Dan Panas, responsable de la communication de Storytel : « Bonnier exige maintenant que nous perdions de l’argent à chaque écoute de ses nouveaux titres. » En somme, vouloir le beurre et l’argent du beurre…
 

La croissance de Storytel, un argument massue ?


Ce qu’il faut garder à l’esprit, en trame de fond, c’est que depuis 2015, Bonnier a lancé son propre service de lecture pour audiolivres, BookBeat. Une solution d’abonnement, pour écouter des milliers d’ouvrages, avec le soutien du groupe éditorial.

En Suède, l’édition en vient à se demander si, à une moindre échelle, n’est pas en train de se rejouer la grande scène du IV, qui avait vu Disney claquer la porte de Netflix, reprenant ses super héros et les adaptations… au profit de sa propre plateforme de streaming.

Pour faire pression, Storytel vient de communiquer fin mai différents chiffres pour montrer son pouvoir sur le marché : 834.300 abonnés, soit une croissance de 44 % en regard du premier trimestre de 2018. Avec des ventes qui augmentent de 23 %, la société affiche 385 millions de couronnes suédoises de revenus (36,23 milions €).

L’expansion internationale justifierait cette explosion, et la société fanfaronne doucement, expliquant dans les documents officiels que « malgré l’absence des titres [de Bonnier], Storytel a vu sa base d’abonnés augmenter et nous prévoyons que les ventes globales en Suède augmenteront au cours du deuxième trimestre ». 

À prendre avec des nuances : certains éditeurs suédois ont découvert, à la lumière du conflit ouvert, que Bonnier avait obtenu des faveurs spécifiques dans son contrat avec Storytel. Mais ne trouvant pas les titres de l’éditeur, les utilisateurs du service se rabattraient, selon les informations communiquées, sur les ouvrages des autres maisons.

« Si l’on simplifie, ils veulent la crème sure [équivalent du beurre et de l'argent du beurre, NdR], et que Storytel, nos clients et les autres éditeurs payent la note », conclut Dan Panas. 

via Boktugg


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.