Suède : le groupe Bonnier accusé de brader le travail des traducteurs

Antoine Oury - 14.12.2017

Edition - International - Bonnier Suède - Bonnier traducteurs - contrats traduction


Le groupe d'édition Bonnier est l'un des plus importants d'Europe : on apprend d'ailleurs que sa filiale britannique, Bonnier Zaffre, s'est engagée dans un processus d'extension aux États-Unis. En attendant, en Suède, son pays d'origine, le groupe connaît une période mouvementée, alors qu'il est accusé de chercher à brader le travail des traducteurs en revoyant de manière unilatérale leur contrat type.


Bonnier - Frankfurt Buchmesse 2015
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 


L'Union des écrivains suédois est formelle : les nouveaux contrats proposés par Bonnier et ses filiales, en Suède, ne sont absolument pas à l'avantage des traducteurs. D'ailleurs, l'organisation recommande tout simplement de ne pas les signer, et d'attendre que les négociations avec le groupe portent leurs fruits. Les discussions, pour le moment, n'ont rien donné, et l'Union propose à ses membres de réclamer des amendements, faute de mieux.

 

Les pommes de discorde ? Le contrat type pour les traducteurs, utilisé depuis 2012 par l'ensemble de l'édition suédoise, vient d'être passé à la trappe par Bonnier, qui propose désormais ses propres conditions aux traducteurs. « Le nouveau contrat de Bonnier a été présenté après l'interruption des négociations entre l'Association des éditeurs suédois et l'Union des écrivains suédois, conduisant à la mise à l'écart du contrat type standard », explique le CEATL, Conseil européen des associations de traducteurs littéraires.

 

Au rang des dispositions qui posent au problème aux traducteurs, on retrouve par exemple, la fin du « dernier mot » accordé aux traducteurs, sorte de « final cut » qui leur permet de valider tous les changements apportés à leur traduction, mais aussi une durée jugée trop longue du contrat — 30 ans — et surtout le fait qu'un seul paiement soit versé pour l'ensemble des exploitations de l'œuvre traduite, formats poche, audio, numérique ou encore impression à la demande compris...

 

« L'Union des Écrivains considère que les nouveaux contrats pour les traducteurs que Bonnier Publishing Group a présentés sont décevants. Les clauses de ce contrat sont inéquitables et nous recommandons à tous les traducteurs de ne pas les signer », indiquent dans un communiqué commun Gunnar Ardelius, président de l'Union des écrivains suédois, et Peter Samuelsson, à la tête du groupe dédié aux traducteurs.

 

Les correcteurs seront-ils les Deliveroo des épreuves
et de la langue française ?

 

L'inquiétude est de mise chez les auteurs et traducteurs, car les professions craignent que toute l'édition se mette à suivre Bonnier, un géant dans son pays. « Ce nouvel accord sous-entend que nous sommes considérés comme des fournisseurs, et plus comme des auteurs. Pour certains traducteurs, les revenus vont chuter de 15 à 30 % », prédit Ludvig Berggren, porte-parole de l'Union des écrivains. Dans ces contrats, Bonnier utiliserait le terme « histoire » et plus « œuvre », ce qui sous-entendrait, selon des commentateurs, un éloignement du droit d'auteur.

 

Magnus Nytell, chargé des relations publiques de Bonnier, assure de son côté auprès du Svensk Bokhandel que les organisations d'auteurs étaient prévenues : « Nous avons eu un dialogue avec l'Union des écrivains au printemps dernier, ils ont pris connaissance de cet accord. Nous travaillons dessus depuis août ou septembre, alors nous sommes un peu étonnés de voir cette histoire surgir trois mois plus tard. »

 

L'Union des écrivains appelle les traducteurs au boycott des nouveaux contrats, en espérant que la profession reste suffisamment solidaire pour contraindre Bonnier à revoir sa copie. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.