Suède : Les éditeurs lèvent les restrictions sur le prêt numérique

Antoine Oury - 24.11.2014

Edition - Bibliothèques - Suède prêt numérique - bibliothèques Elib - ventes numériques


Le prêt numérique dans les bibliothèques municipales, en Suède, a déjà quelques années, et la période d'expérimentation est largement passée. L'éditeur Natur & Kultur a signé un accord avec les conseils municipaux, pour lever la période entre la sortie d'un livre et son arrivée dans les étagères numériques des établissements de prêt. A priori, les autres acteurs de l'édition devraient suivre.

 


Inside Stockholm's Library

La bibliothèque publique de Stockholm (La Citta Vita, CC BY-SA 2.0)

 

 

En 2012, le service de prêt numérique Elib était lancé, avec une offre plutôt révolutionnaire pour l'époque : tous les titres étaient disponibles en prêt, pour un coût à l'unité de 2 € par prêt. L'année suivante, les éditeurs, membres du conseil d'administration du service, avaient constaté un plafonnement des ventes numériques : le modèle a été revu en conséquence, avec l'ajout, notamment, d'un délai entre la parution d'un livre, et sa présence dans les établissements de prêt.

 

Aujourd'hui, les prêts numériques représenteraient entre 7 et 8 % de l'activité globale au sein des bibliothèques suédoises. Si l'établissement public de Stockholm ou d'autres grandes structures peuvent encaisser les coûts du nouveau modèle adopté, et ses tarifs revus à la hausse pour les titres les plus empruntés, la plupart des établissements n'imaginent toujours pas prêter des ebooks.

 

Dans le cadre de ces nouveaux contrats, les titres de la longue traîne sont aisément accessibles, avec un prix qui peut atteindre les 20 centimes € par titre et par prêt, mais les plus empruntés peuvent grimper jusque 7 à 10 €.

 

L'éditeur Natur & Kultur, membre du conseil d'administration, est convaincu que le prêt numérique va de pair avec une hausse des ventes : « En tant qu'éditeurs, nous souhaitons que beaucoup de lecteurs découvrent nos livres, afin d'en gagner de plus en plus », rappelle Richard Herold, éditeur chez Natur & Kultur. Pendant un an, ce dernier a testé une réduction progressive du délai entre mise en vente et prêt.

 

« Évidemment, le nombre de prêts a augmenté, comme on pouvait s'y attendre, mais les ventes ont également augmenté. Il semblerait qu'il n'y ait pas de corrélation directe, mais, s'il y a un lien, il semble plus positif que négatif », explique Herold. L'éditeur a également signé un accord avec les municipalités, qui fixe à 3 € et quelques le prix maximum d'un livre numérique pour un prêt et un utilisateur.

 

(via Sveriges Radio)