Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Suhrkamp : la direction désavouée au profit des actionnaires

Clément Solym - 02.01.2013

Edition - Les maisons - Suhrkamp - Hans Barlach - Ulla Unseld Berkéwicz


Le prestige ne protège visiblement pas des exigences de rentabilité : le célèbre éditeur allemand Suhrkamp en fait actuellement les frais, suite à de profonds désaccords entre l'héritière et principale actionnaire de la maison familiale, Ulla Unseld Berkéwicz, et le propriétaire des parts restantes, Hans Barlach. Le combat se poursuit avec fracas, en une véritable allégorie de l'opposition entre culture et rentabilité.

 

 Suhrkamp-Berlin

Tract contre le déménagement du siège de Suhrkamp de Francfort à Berlin, Nils Bremer, CC BY-NC 2.0

 

 

Ulla Unseld est devenue actionnaire principale de la maison, présidente du conseil d'administration à la mort de son époux Siegfried Unseld, collaborateur du fondateur Peter Suhrkamp et héritier de la maison à la mort de ce dernier, en 1959. Face à elle, Hans Barlach, 57 ans, indirectement entré au conseil d'administration avec le rachat des parts de deux investisseurs suisses, « invités » par Siegfried Unseld au moment de l'acquisition de la maison Insel, en 1963.

 

Depuis, et malgré un bref passage entre les mains de Joachim Unseld, fils de Siedfried, la maison repose entre les mains d'Ulla Unseld Berkéwicz, qui décide de déménager le siège historique de Francfort à Berlin en 2009, décision abondamment critiquée. Et Hans Barlach lui rend la vie dure, désormais propriétaire de 39 % de la maison, et bien décidé à poursuivre. 

 

Il y a peu, l'héritière bénéficiait d'une image de véritable mécène de l'édition, prompte à prendre les risques éditoriaux nécessaires face au seul désir de profit de l'actionnaire Barlach : depuis la fin décembre, toutefois, cette image vient d'être sérieusement écornée avec 2 procès perdus par Ulla Unseld : le 1er concerne la location d'une partie de sa villa à la maison d'édition, pour des sommes indues qu'il lui faudra rembourser, et le second lui a retiré la gestion de Suhrkamp... au profit de Barlach. (voir notre actualitté)

 

Le 21 décembre dernier, Joachim Unseld, né du 1er mariage de Peter Unseld, s'est manifesté à son tour pour dénoncer les « sortilèges féminins » (sic) d'Ulla Unseld, qu'elle aurait utilisés pour s'emparer de la maison d'édition sans véritable légitimité. Pour l'heure, l'histoire commence à faire les gros titres des tabloïds, un comble : d'autant plus que la situation économique de la maison ne semble pas si alarmante. En attendant, la direction ne devrait pas changer avant les suites du second procès, prévues pour février 2013.