Suicide du coauteur de Trois tasses de thé, le livre polémique

Clément Solym - 04.12.2012

Edition - International - Trois tasses de thé - suicide - coauteur


En avril 2011, Greg Mortenson, coauteur de Trois Tasses de Thé, était hospitalisé. Et ce, alors que sa situation d'écrivain était mise à mal. Son ouvrage, racontant une mission de paix en Afghanistan et au Pakistan avait généré beaucoup de ventes. Mais l'argent n'avait pas nécessairement servi à de justes causes...

 

Sorti en 2006, son livre s'était vendu à plus de 3 millions d'exemplaires, et cette notoriété de l'auteur a rejailli sur l'Institute, avec plus de 50 millions $ de dons reçus depuis. Une somme qui a notamment permis d'ouvrir plus de 170 écoles pour 68.000 enfants, tout en mettant l'accent sur l'éducation des filles.

 

Sur le papier en tout cas, puisque selon plusieurs informations, Greg Mortenson aurait plutôt menti sur son voyage, et détourné non seulement la réalité, mais également quelques montants par la suite.

 

En fait, était en jeu le financement de son opération, des déplacements et différentes dépenses par Central Asia Institute. Avec un petit désagrément : le fait que 4 millions $ aient été dépensés par l'établissement pour acheter des exemplaires du livre, entraînant une plainte de certains donateurs. 

 

S'en était suivi une amende, en avril 2012, d'un montant d'un million de dollars

 

Eh bien, dans la série des rebondissements que connaît cette affaire, c'est l'autre coauteur, David Oliver Relin, dont la presse annonce le suicide. Pigiste pour de nombreux magazines, il avait connu un succès évident avec les ventes du livre en 2006. Quand la crédibilité du livre avait été mise en cause, Mortenson avait de son côté balancé le bébé avec l'eau du bain. 

 

Quatre lecteurs avaient déposé une plainte, plus tôt cette année, affirmant qu'ils étaient victimes de fraude, et que l‘ouvrage n'avait que vocation à glorifier Mortenson. Très sensible à cette affaire, Relin avait souffert d'une profonde défection, blessé émotionnellement et financièrement, assure sa famille.

 

Les omissions et les anomalies n'étaient pas de son fait, puisque lui ne prenait pas beaucoup de notes. Une manière de se décharger au point que Relin avait opposé un refus catégorique à ce que le nom de Mortenson soit apposé sur la couverture du livre, pour les futures éditions. 

 

Le médecin légiste n'a fait aucun commentaire quant aux raisons du suicide.