Suisse : Internet et la loi sur le prix du livre

Clément Solym - 21.06.2010

Edition - Société - prix - livre - loi


Le projet de loi autour d’une réglementation du prix du livre en Suisse est l’aboutissement d’années de réflexion et de discussion. On vient d’apprendre que son traitement est repoussé encore à la session d’automne.

Mais déjà plusieurs voix s’élèvent contre la volonté d’en exclure le commerce électronique. Si le projet est voté ainsi, il risquerait d’être déjà dépassé au moment même où il aurait enfin une existence légale.

Que penser, en effet, d’un pays où seules les librairies physiques seraient soumises à un prix du livre encadré ? Ce serait contribuer très fortement à fragiliser le réseau au profit des poids lourds de l’Internet comme Amazon qui se taille déjà la part du lion. A noter que les Suisses se mobilisent pour relever le défi de la Toile avec l'ouverture de la plateforme suisse e-readers.ch

Interrogé par nos confrères de swissinfo.ch, le tout nouveau président l’Association Autrices et Auteurs (AdS), le dramaturge bernois Reto Finger, 38 ans, espère que d’ici à l’automne prochain, on aura enfin retrouvé la raison et que le commerce électronique sera bien intégré à l’actuel projet de loi autour du prix du livre en Suisse.

L’auteur rejoint là le point de vue également partagé par l’éditeur Payot, dont le directeur général, Pascal Vandenberghe, qualifie d’ « inacceptable » le fait d’écarter la Toile du projet de loi. C’est un non sens absolu.

Pour Reto Finger, l’édition doit se préparer sérieusement au basculement du numérique afin d’éviter les erreurs qui ont pu être commises dans le milieu de la musique. Il ne faut pas tomber dans le tout répressif. C’est, en aucun cas, une bonne solution.

Quand on interroge le président l’Association Autrices et Auteurs sur la situation actuelle des auteurs suisses, il ne se montre pas pessimiste. Si peu arrivent à vivre uniquement de leur plume, c’est tout de même un volet culturel vivant et pleinement soutenu par de nombreux acteurs locaux et nationaux.