Sur Facebook, un club de lecture emmené par Mark Zuckerberg, le fondateur

Nicolas Gary - 05.01.2015

Edition - International - Facebook club lecture - Mark Zuckerberg fondateur - livres partage critiques


Cela se nomme A Year of Books, et sur Facebook, cela a tout du projet sympathique, mais voué à l'anonymat le plus absolu. Sauf que, lancée et initiée par Mark Zuckerberg, cette opération a déjà reçu son lot de Like – 121.700 au moment où nous publions. Le tout avec une approche simplissime, partager des lectures.

 

 

Mark Zuckerbeg Facebook club lecture

 

 

Toutes les deux semaines, partager un livre, et en discuter sur la page dédiée, voilà une idée simple, pas très originale, mais qui connaîtra un engouement fou, assurément. « Les livres mettront l'accent sur la découverte de nouvelles cultures, de croyances, d'histoires et de technologies », précise-t-on d'emblée. 

 

Toutes les suggestions seront prises en compte, et on demande simplement aux participants d'opérer la modération nécessaire pour que les échanges se déroulent bien. Et tout ce beau monde a donc été réuni par Mark Zuckerberg en personne, qui n'en est pas à sa première tentative de changer son réseau social médiatique, en outil quasi pédagogique...

 

Voilà deux ans, le fondateur du réseau avait déjà encouragé les utilisateurs à lui écrire, en assurant qu'il répondrait à une personne chaque jour. Et pour 2015, la bonne résolution sera donc de lire des livres et de les partager avec la communauté.

 

 

 

 

Cette initiative découle des choix opérés et soumis aux votes des autres utilisateurs du réseau, et Mark avoue être très enthousiaste à l'idée d'ouvrir ces choses – les livres. « Je suis très emballé par ce défi de lecture. J'ai trouvé la lecture de livres très enrichissante. Les livres vous permettent d'explorer pleinement un sujet, et de vous immerger d'une manière plus profonde que la plupart des médias contemporains. Je suis impatient de changer mon alimentation, en passant des médias aux livres. »

 

On croirait une poule qui a découvert un couteau... Sauf que cette poule est suivie par 31,1 millions de personnes sur Facebook. Autrement dit, son pouvoir d'influence est considérable, et pour la promotion du livre et de la lecture, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Le premier ouvrage qui sera chroniqué est The End of Power de Moisés Naím, un ouvrage qui raconte comment le monde évolue, donnant plus de pouvoir et de puissance aux gens, individuellement, qu'aux grands gouvernements, aux militaires et autres organisations. 

 

Conséquence première pour l'ouvrage : il s'est retrouvé épuisé chez Amazon, le premier vendeur de livres des États-Unis. À l'ère du web et du partage permanent des contenus et des opinions, le recours à une solution comme Facebook permet aux bibliophiles de se retrouver et de confronter des avis. Et pousser un pareil projet avec la force d'influence de Zuckerberg pourrait avoir de véritables effets. Les médias américains n'hésitent déjà pas à considérer que ce nouveau club de lecture pourrait rivaliser avec le show télévisé d'Oprah Winfrey, largement connue pour sa force de mobilisation des lecteurs.

 

Parmi les autres suggestions qui furent soumises à la bienveillance de Mark, l'idée qu'il puisse enseigner à une classe. « Je l'ai fait, et j'aimerais bien le refaire à nouveau, et m'impliquer davantage dans le domaine de l'éducation, au cours de l'année à venir », a-t-il assuré. Donc après le club de lecture, la dictée ?