Surveiller les manuels scolaires ? Le Texas n'est pas chaud

Julie Torterolo - 26.11.2015

Edition - International - Texas - manuel scolaire - réforme


En octobre dernier, Roni Dean-Burren découvrait avec stupéfaction que les esclaves étaient qualifiés de "travailleurs" dans le manuel de géographie de son fils. Avec les réseaux sociaux comme seules armes, la jeune mère texane avait rassemblé les États-Unis et fait trembler l'éditeur. Une « boulette » parmi tant d’autres. Soucieux de ne pas reproduire ces erreurs, un républicain texan a proposé de créer un groupe d’universitaires chargé de relire et vérifier les actuels et futurs manuels scolaires.  

 

Frédéric BISSON, CC BY 2.0

 

 

Selon Dallas News, l’idée vient du républicain Thomas Ratliff : ce dernier souhaitait offrir un filet de sécurité en révisant les procédures de validation des manuels scolaires, qui concernent tout de même près de 5 millions d’élèves. Il proposait de créer un nouveau panel composé uniquement d’universitaires « provenant des institutions de l’enseignement supérieur texan ».

 

Leur mission devait alors se cantonner à vérifier d’éventuelle erreur dans les futurs manuels. 

 

Une mesure chargée de compléter le processus actuel : il existe un comité chargé d’approuver les manuels scolaires, notamment en vérifiant leur adéquation avec les programmes. Il est composé de citoyens souvent enseignants, parents, chef d’entreprise ou d’autres experts, tous sont nommés par les membres du Conseil de l’éducation ou State Board of Education.

 

Sans remettre en cause le rôle de ce comité, la proposition de Thomas Ratlif mettait en place une seconde commission pour vérifier uniquement les erreurs factuelles... comme le fait qu’un esclave ne soit pas un travailleur par exemple... 

 

Loin d’être convaincus, les responsables du Board of Education ou Conseil de l’éducation ont rejeté la mesure ce mercredi 25 novembre. Pour David Bradley et Geraldine Miller, membre du Conseil, il est inutile de rajouter une couche supplémentaire au processus de validation des manuels. 

 

Le Texas exerce une grand influence sur les éditeurs nationaux

 

Toutefois, le conseil a approuvé un changement dans le processus de vérification : les manuels scolaires vont désormais être examinés par un comité composé obligatoirement d’« au moins une majorité de membres experts et prouvant d’une expérience suffisante ». 

 

Le débat a fait ressurgir des problèmes sous-jacents outre-Atlantique : Thomas Ratlif avait en effet souligné, lors des débats, que le comité chargé actuellement d’approuver les manuels opérait ses choix davantage par idéologie que par rationalisme... 

 

De même, Tim Walker, membre de la National Education Association a profité de l’occasion pour dénoncer dans un communiqué la grande influence du Conseil de l’éducation texan sur l’ensemble des manuels scolaires américains.

 

 « Les éditeurs nationaux répondent généralement à ses exigences parce que le Board of Education est probablement le plus influent dans le pays. Le Texas achète 48 millions de manuels scolaires chaque année. Aucun autre État, sauf la Californie, n’exerce ce genre d’influence sur le marché. » (via The Christian Science Monitor)