Survivre et surmonter son propre destin : une sélection de livres

Fnac - 13.05.2016

Edition - Société - sélection romans livres - Didier van Cauvelaert roman - survivre surmonter destin


Les histoires de vie sont parfois fascinantes par leurs grandes complexités et, au moment où les ramifications du destin font face à un mur infranchissable, les solutions deviennent infimes… Mais l’humain semble parfois bien au-dessus des limites que la nature lui impose et peut se montrer surprenant dans sa velléité de survivre et de surmonter son propre destin. C’est par cette sélection de livres que Fnac.com et ActuaLitté vous proposent de mieux comprendre cette singularité qui fait de nous des êtres à part.

 

 

On dirait nous

 

« On a 30 ans, ils en ont le triple. Et tout bascule quand on se rencontre. Ils nous bouleversent, nous rendent nos rêves, nous envahissent de plus en plus… Mais quel est leur vrai but ? Vont-ils nous sauver ou nous détruire ? » Dans le parc où ils aiment se promener, Soline, ravissante violoncelliste, et Ilan, un brillant glandeur, aperçoivent sur le banc où ils ont l’habitude de s’asseoir un couple de petits vieux qui se tiennent tendrement la main. Georges, fringant professeur à la retraite, mince et le bronzage à peine ridé, et Yoa, son épouse tlingit, semblent tout droit sortis d’une publicité pour croisière.

 

« On dirait nous, à leur âge » s’exclame Soline. Cette phrase va changer leur destin : Georges et Yoa s’immiscent dans la vie du couple avec la plus étrange des propositions… Un merveilleux roman d’amour et de fantaisie, où il est aussi question du désir d’éternité. Un livre plein d’humour et de tendresse, où l’on rit à chaque page sans cesser d’être ému. 

 

 

 

Les mots sont des fenêtres

 

La plupart d’entre nous avons été élevés dans un esprit de compétition, de jugement, d’exigence et de pensée de ce qui est « bon » ou « mauvais ». Au mieux, ces conditionnements peuvent conduire à une mauvaise compréhension des autres, au pire, ils génèrent colère, frustration, et peuvent conduire à la violence. Une communication de qualité entre soi et les autres est aujourd’hui une des compétences les plus précieuses.

 

Par un processus en quatre points, Marshall Rosenberg met ici à notre disposition un outil très simple dans son principe, mais extrêmement puissant, pour améliorer radicalement et rendre vraiment authentique notre relation aux autres.


Grâce à des histoires, des exemples et des dialogues simples, ce livre nous apprend principalement : à manifester une compréhension respectueuse à tout message reçu ; à briser les schémas de pensée qui mènent à la colère et à la déprime ; à dire ce que nous désirons sans susciter d’hostilité et à communiquer en utilisant le pouvoir guérisseur de l’empathie.


Cette nouvelle édition est par ailleurs enrichie d’un important chapitre sur la médiation et la résolution des conflits. Bien plus qu’un processus, c’est un chemin de liberté, de cohérence et de lucidité qui nous est ici proposé !

 

 

Purity

 

Purity, alias Pip, est une jeune Américaine qui vit dans un squat à Oakland, en Californie. Elle ignore qui est son père. Comme beaucoup de filles de son âge, elle se demande ce qu’elle va bien pouvoir faire de son existence. Et elle n’a pas un sou. Est-ce un hasard si quelqu’un la met en rapport avec Andreas Wolf, un hacker réfugié en Bolivie qui lui propose un job dans son O.N.G., le Sunlight Project ? Tandis qu’ils se rapprochent l’un de l’autre et que leur relation devient de plus en plus troublante, Andreas avoue à Pip son secret. Mais dit-il toute la vérité ?

 

Dans un récit époustouflant de virtuosité, Jonathan Franzen plonge dans le passé d’Andreas Wolf – l’Allemagne de l’Est des années 80 – et jette ses personnages dans les courants violents de l’Histoire. Purity est un livre dans lequel tout le monde ment, pour cacher ses erreurs, ses fautes, et – parfois – ses crimes. C’est un thriller qui n’épargne aucun pouvoir, encore moins ceux qui en abusent. Et une histoire d’amour où le sexe et les sentiments se combattent plus qu’ils ne s’accordent. On l’aura compris : jamais Jonathan Franzen n’aura été aussi audacieux, aussi imprévisible que dans ce roman à la fois profond et formidablement divertissant.

 

 

Mes chères filles, je vais vous raconter...

 

En France, quand on évoque la famille Bruni Tedeschi, on pense d’abord à Carla, mannequin, chanteuse, ancienne Première dame, et à sa sœur aînée Valeria, actrice et réalisatrice. Et puis, on se souvient du très beau film autobiographique de Valeria, Un château en Italie, et le visage de Marisa, sa mère, nous revient en mémoire : ses yeux bleus de chat, son grand sourire, son port de tête et ses gestes gracieux.


Marisa Bruni Tedeschi n’est pourtant pas qu’une mère, c’est une femme indépendante qui a traversé le siècle et qui, aujourd’hui, s’adresse à ses filles pour leur raconter sa vie, ses secrets, ses joies et ses peines.
 

Avec une grande générosité et beaucoup de fantaisie, elle nous fait voyager : sa jeunesse en Italie pendant la guerre, la mort de son père, la rencontre avec son mari Alberto, leur exil en France, ses grandes histoires d’amour et sa passion pour le piano. Dans une galerie de portraits incroyablement vivants, elle nous présente ses amis les plus fidèles ; avec pudeur et tendresse, elle nous parle de ses filles ; et dans des chapitres bouleversants, Marisa nous raconte les drames de sa vie : la perte de son mari et, dix ans plus tard, celle de son fils, à qui elle dédie ce livre.