Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Syrie : des œuvres étrangères traduites en kurde

Victor De Sepausy - 07.02.2017

Edition - Société - littérature - kurde - traduction


Dans le cadre de la guerre civile qui sévit en Syrie depuis 2011, les régions à majorité kurde, qui se trouvent dans le nord et le nord-est du pays, ont acquis une forme d’autonomie. Cette situation a permis l’émergence de traductions d’œuvres étrangères jusqu’à présent inaccessibles au peuple kurde, rapporte l’AFP.

 

(Crédits photos : CC BY 2.0 - martingreffe)

 

En effet, depuis plus de cinquante ans, une interdiction pesait en Syrie sur l’usage de la langue kurde. Cette situation a contribué à créer un vide en matière de littérature kurde. Afin de remédier à cela, une association financée par des dons privés vient de voir le jour pour permettre la traduction d’œuvres étrangères.

 

Dénommée « Hunar » (« grenade » en kurde), cette structure a déjà permis la traduction de l’ouvrage Neige, un roman de l’écrivain français Maxence Fermine.  Et ce n’est que le début pour ce projet qui vise à rendre accessible aux Kurdes de Syrie de nombreuses œuvres étrangères, en attendant que puisse émerger une littérature kurde.

 

Les traducteurs qui travaillent dans le cadre de cette initiative le font à titre bénévole. Même si la diffusion pour l’instant reste anecdotique, il se pourrait bien que progressivement, cette association contribue à faire renaître la langue kurde dans une dimension artistique.