medias

Tabac, alcool et jeux d'argent servent la littérature estonienne

Antoine Oury - 21.08.2013

Edition - International - littérature estonienne - exportation alcool tabac - finlandais


Un mécène plutôt original fournit avec bienveillance, à la culture estonienne, les fonds nécessaires à son développement : la taxe appliquée sur l'alcool, le tabac et les jeux d'argent permet chaque année à l'industrie culturelle du pays de bénéficier de crédits substantiellement élevés. En raison du prix réduit des denrées et de l'important réseau de jeux, les touristes finlandais subventionnent largement la culture du pays voisin...

 

 

Found Estonian beer covered with dust on the bottom shelf in the Evanston liquor store

La Saku, bière estonienne (Marit & Toomas Hinnosaar, CC BY 2.0)

 

 

Le fonds estonien pour la culture, le Eesti Kulturkapital, bénéficie largement de la manne que constituent l'alcool, le tabac et les jeux d'argent pour le tourisme national. La législation en vigueur prévoit en effet que 3,5 % des taxes prélevées sur le prix de l'alcool et du tabac, et 43 % des taxes sur les jeux d'argent, soient directement versées dans la caisse commune culturelle.

 

Ainsi, en 2012, ce sont près de 16,2 millions € qui sont venus alimenter le Eesti Kulturkapital, en grande partie grâce aux touristes finlandais, qui n'ont qu'à franchir un golfe pour venir s'approvisionner en denrées de ce genre, ou pour faire flamber leurs économies sur le tapis de jeu. 84 % d'entre eux auraient indirectement participé au fonds en 2012 en se procurant de l'alcool, vendu à un prix moindre en Estonie, d'après la Fédération finlandaise du Commerce.

 

Le fonds estonien pour la culture se répartit ensuite selon les activités, et finance également les activités sportives : près de 6 % de son total a par ailleurs bénéficié aux acteurs de l'édition l'année dernière, permettant au pays de faire valoir une activité éditoriale prolifique en regard de sa population, avec plus de 4000 titres publiés l'année dernière.

 

Peu importe le flacon, pourvu qu'il soit livresque... (via Yle)