Tatiana de Rosnay : "Nous demandons que l'État change ses méthodes"

Nicolas Gary - 15.05.2020

Edition - Société - Tatiana de Rosnay - Etat changer méthodes - auteurs crise sanitaire


Dans le JDD de ce mois, Tatiana de Rosnay livre un entretien intime sur le confinement et la sortie de son dernier roman, Les fleurs de l’ombre. Présidente d’honneur de la Ligue des auteurs professionnels, la romancière profite de cette occasion pour alerter sur la situation critique des artistes-auteurs : « Nous demandons que l’État change ses méthodes ».


Tatiana de Rosnay - Le Livre sur la Place
Tatiana de Rosnay - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 


Depuis 2018, les auteurs de best-seller sont nombreux à s’être mobilisés en soutien à la profession. Depuis l’actualité a été débordante : enchaînement de réformes en catastrophe, oubli de la compensation de la CSG finalement corrigée après 2 ans, transition chaotique du recouvrement des cotisations sociales à l’Urssaf, révélation du scandale Agessa qui ampute la retraite de 190 000 artistes-auteurs... la liste est longue. À la date de 15 mai, en pleine crise économique et sociale mondiale, les artistes-auteurs nagent encore dans le marasme.
 

Dans le JDD, Tatiana de Rosnay explique que pour l’ensemble des artistes-auteurs (écrivains, dessinateurs, sculpteurs, photographes, plasticiens, scénaristes, traducteurs, etc.), la situation est « terrible ». Elle ajoute « Avec Joann Sfar, nous parrainons la Ligue des auteurs professionnels, qui avait publié une tribune le 22 mai 2018 où on avait alerté sur le fragile statut de l’écrivain. Avant cette crise, les artistes et les créateurs étaient dans une situation précaire au niveau de la sécurité sociale et de la retraite. Aujourd’hui, il y a quelque 270 000 artistes-auteurs en France qui ne peuvent pas accéder à des soutiens, comme c’est le cas dans d’autres professions. Nous demandons que l’État change ses méthodes. »

La romancière poursuit : « Ce n’est pas parce que mes livres se vendent que je ne peux pas tirer la sonnette d’alarme. Bénéficiant d’une certaine médiatisation, je me permets de dire : Attention, regardez ce qui se passe ! »
 

Entre 2018 et aujourd’hui, le combat s’est élargi à l’ensemble des professions de la création. Des syndicats de métiers variés se sont unis derrière une analyse commune des dysfonctionnements des mesures de soutien actuelles du gouvernement en formulant 8 préconisations pour rectifier le tir. 
 

« Il faut sortir du déni, déclare Samantha Bailly, présidente de la Ligue des auteurs professionnels. Si l’approche par des fonds sectoriels peut se comprendre dans la panique et l’urgence, les retours des artistes-auteurs et les enquêtes montrent que ces fonds ne sont pas une vraie réponse à la crise actuelle. »
 

Sur les réseaux sociaux, les témoignages des auteurs se multiplient : l’accès aux différents fonds est toujours un casse-tête. Leur opacité sur la gestion de l’argent public interroge : concrètement, combien d’artistes-auteurs aidés ?

 

  

« L’accès au fonds de solidarité national est en soi une bonne nouvelle, poursuit Samantha Bailly. C’est un dispositif massif, simple, efficace pour ceux qui sont éligibles. Mais au 15 mai, une partie des artistes-auteurs n’y a toujours pas accès en pratique à cause d’un problème technique qui révèle l’incapacité de notre pays à identifier les artistes-auteurs. En 2020, oui. Nous sommes une profession invisible. Depuis des années, nous ne cessons de clamer la dangerosité d’un État qui est incapable d’identifier une profession. Voici le résultat aujourd’hui. »

Autre problème, la nature des revenus, indique-t-elle, « aléatoires et différés d’une façon qu’on ne trouve dans aucune autre profession, du fait des redevances d’exploitations de nos œuvres et du manque de réglementation quant aux délais de paiement des artistes-auteurs. Nombre de créateurs ne peuvent prouver une perte mensuelle sur 2020, cela ne signifie pas que la crise n’impacte pas profondément leurs revenus. Quand il y a mesures transversales, il faut donc toujours appréhender une adaptation à notre cas. Une case artistes-auteurs pour 270 000 personnes. Savez-vous combien il y a d’intermittents du spectacle ? 262 000. La prise en compte de leurs revendications est formidable. N’oublions donc pas que pour interpréter des œuvres, il faut des personnes qui les créent : nous ! »
 

Une autre annonce a été faite par le président de la République lui-même : l’exonération des cotisations sociales pour les artistes-auteurs durant 4 mois. Mais tout reste flou : quels mois de référence ? Comment cela va-t-il fonctionner ? Et surtout est-ce que cela inclut la retraite complémentaire ? Des questions sans réponse.
 

Samantha Bailly ajoute : « La crise que nous traversons se ressent de façon systémique pour tous les créateurs et créatrices. Le gouvernement doit entendre que non, sa gestion pour notre profession n’est pas pour l’heure satisfaisante, que cela demande de rapidement changer de cap pour éviter le pire. Des solutions sont possibles : nous en avons envoyé de nombreuses, très pragmatiques et simples. Il ne s’agit plus que de volonté politique. »




Commentaires
Bravo, bravo, bravo et merci à Tatiana de Rosnay pour son engagement courageux et sans relache auprès des écrivains. Et merci aussi très fort à vous, Nicolas Gary et à toute l'équipe d'ActuaLlitté pour votre présence aux côtés des autrices et auteurs et votre combat pour l'information et la vérité. Toutes mes amitiés. Pierre Martial, écrivain et Président de l'association "Livres Partout!"
Auteur d'un manuscrit (édité en 2021), sculpteur, salarié à plein temps, animateur d'un atelier d'écriture, scénariste pour l'adaptation cinématographique de mon texte, je rentre dans quelle case : auteur, artiste, artiste-auteur, intermittent du pestacle, salarié, animateur...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.