Taxé de racisme, Amazon s’empresse de livrer les quartiers mal desservis

Joséphine Leroy - 10.05.2016

Edition - International - Amazon livraison colis - Amazon discrimination racisme - Amazon premium livraison


Amazon fait son mea-culpa après le tollé provoqué par des informations divulguées par Bloomberg : son service de livraison pour abonnés Premium [Prime en anglais, NdR] aurait inégalement desservi les quartiers où se trouvent les communautés afro-américaines. Ne souhaitant pas prolonger l’embarras plus longtemps, Amazon n’a pas traîné et a vite réagi. Ce 2 mai, l’entreprise a promis qu’elle s’emparerait du problème et qu’elle livrerait progressivement tous les quartiers de la même façon. 

 

Amazon on Mars (The Economist, 21-27 juin 2014)

(ActuaLitté / CC BY-SA 2.0)

 

 

Depuis 2014, aux États-Unis, Amazon offre le « Same-Day Delivery » aux clients qui souscrivent au programme Prime, une livraison à domicile le jour de la commande. Le système, censé être élargi à 27 villes, n’a pas fait l’objet de polémique. Jusqu’au rapport de Bloomberg, sorti en avril 2016, où l’on se rend compte que les différents quartiers ne sont livrés de la même manière. 

 

Car aux États-Unis, selon le rapport, l’endroit où habite le client qui souscrit à l’abonnement Prime conditionnerait la livraison de sa commande. Les territoires principalement isolés par le service de livraison (dans les villes d’Atlanta, de Chicago, de Dallas, de Washington, New York, ou encore Boston) n’ont donc pas droit aux mêmes conditions de livraison

 

Un quartier de Boston, Roxbury, illustrait cette exclusion, tout comme la ville d’Atlanta, habitée à 54 % par les communautés afro-américaines. Les résultats de l’étude de Bloomberg ont offusqué certains consommateurs : « Si vous mettez en place un tel service [Prime, NdR] dans la ville, vous devez l’offrir à l’ensemble de la ville », déplorait l’un d’entre eux.

 

Le vice-président de la communication mondiale d’Amazon, Craig Berman, avait jugé qu’Amazon était exemplaire à ce sujet, dans une comparaison à peine voilée avec les magasins physiques : « Nous sommes incroyablement fiers de ce point. Nous offrons à chaque client le même prix. Peu importe l’endroit où vous résidez », affirmait-il. 

 

 

 

Si un porte-parole d’Amazon avait nié un quelconque rapport avec la ségrégation, il avait avoué que la concentration de membres Prime dans certains espaces largement privilégiés ou moins modestes jouait un rôle dans cette inégalité. Une préoccupation logistique, donc, plutôt qu’une discrimination.

 

Avec le rapport de Bloomberg et des appels lancés par les membres du Black Caucus pour qu’une enquête soit lancée par la Commission fédérale du commerce, Amazon n’a pas tardé à réagir : l’entreprise a promis qu’elle élargirait immédiatement le service dans certains de ces quartiers mal desservis, y compris South Side, à Chicago ou Roxbury, à Boston. 

 

(via Refinery 29